Sete perguntas

C’est la faute à Mahie!

1. Raconte-moi ton futur projet, celui qui te tient à cœur et que tu souhaites réaliser dans un avenir assez proche :

Au risque de me répéter: mon chéri et moi rêvons de nous acheter notre maison à nous, avec un jardin, de nous installer dans une ville où on se sente bien dans ce pays que nous aimons malgrès ses défauts! Ça serait donc plus au sud du pays, idéalement plus proche d’un aéroport international (pour pouvoir recevoir des visites de ma mère, par exemple). On prie pour ça, et si vous êtes croyants aussi, vos prières n’irons pas dans des oreilles sourdes! 🙂

2. Il ne reste que 5 villes au monde où tu peux vivre : New-York, Londres, Paris, Barcelone et Biarritz. Laquelle choisis-tu ?

Non, mais c’est quoi cette liste débile!? Aucune destination au Brésil?  Quatre villes Européennes dont deux françaises et puis New-York et c’est tout? Dites-moi qui a écrit ce questionnaire que je me plaigne à l’auteur! J’ai pas vécu aux quatre coins de la planète pour devoir repartir maintenant. Au Brésil j’y suis, j’y reste (même si je sais pas où encore). Non mais oh!

3. Quel est le déclic qui t’a décidé à ouvrir un blog ?

Au début (en 2004!), c’était pas un blog mais un journal intime en ligne (avec mot de passe). je l’avais débuté à Montréal pour me forcer à écrire en anglais tous les jours quand je savais que j’allais bientôt vivre Ontario. Puis de fil en aiguille j’ai lu des blogs, j’ai déménagé de plateforme 2 ou 3 fois, mon journal s’est morphé en un blog, j’écris parfois (ou souvent) aussi en français. J’aime bien relire mes débuts parfois parce que comme j’avais très peu (ou pas du tout) de lecteurs, mon ton d’écriture étais plus personel, je racontais un peu plus mon quotidien sans autocensure. (Pas que je regrette de ne pas avoir de lecteurs, hein, que ce soit clair que j’adooore le petit échange dans les commentaires! Et les visites de “voisinage” de blogs! C’est super sympa! Je faisais juste une constatation, c’est tout)

4. Ta meilleure astuce pour faire des économies ? Un bon plan à partager ?

Fastoche. Ne pas vivre au-dessus de ses moyens. Ne RIEN acheter à crédit. Pour acheter un truc qui coûte cher attendre d’avoir mit de l’argent de côté pour se le payer. Oui, même l’électro-ménager! Même pour la voiture! Je n’ai toujours pas de lave-vaisselle, même si je dois mettre des gants et laver tout se merdier avec de l’eau froide (y’a pas très rarement d’eau chaude dans les maisons au Brésil! grml-pff) et nous nous demandons toujours quelle voiture d’occase on va pouvoir se permettre (celle qu’on utilise –rarement– est une “voiture de fonction”, une petite Fiat Mille avec 3 enfants c’est assez étroit, inconfortable et pas sécuritaire!).

Et avec toutes ces économies, vous allez pouvoir mettre un “downpayment” pour une hypothèque! 🙄

5. Ce soir tu dînes quoi ?

Je m’suis faite une grande salade de laitue, oeufs dûrs, vinaigrette maison à la mustard-honey-garlic (moutarde, miel et aïl), soupoudrée de farinha de mandioca torrada (farine de mandioca grillée). Miam.

6. Le produit de beauté miraculeux ?

S’accepter tel(le) qu’on est. Quel bonheur! La liberté, quoi! 😎 (Ça ne veut pas dire que je n’ai plus mes kilos à perdre! grml-pff)

7. Qu’est-ce que le Girl Power pour une fille du XXIème siècle ?

Bon. J’ai dû aller chercher une définition de Girl Power parce que parler de féminisme m’énerve, m’enflamme et je m’égare facilement!

 the idea that women and girls should be confident, make decisions, and achieve things independently of men, or the social and political movement that is based on this idea

(dixit Cambridge Dictionary)

Ou: “L’idée que les femmes et les filles devraient avoir confiance, prendre des décisions, et de réaliser des choses indépendamment des hommes, ou le mouvement social et politique basée sur cette idée”. What’s wrong with that? 

Euh, voilà: Sur cette terre il y a des hommes ET des femmes. Du moment qu’un groupe déclare, au nom de “l’égalité des sexes”, que son groupe est meilleur que l’autre, ou peut agir sans l’autre, et bien , paf!, c’est plus de l’égalité ça s’appelle une guerre. Les hommes et les femmes sont dépendant l’un de l’autre, c’est comme ça. Les hommes sans les femmes seraient crudivores et les femmes sans les hommes n’auraient rien de lourd à la maison! 😉 En fait ce qui me fait le plus chier avec le mouvement féministe est que le travail de la mère au foyer a été dévalorisé en faveur d’une carrière. La société exige maintenant que la femme soit non seulement épouse et mère, mais aussi qu’elle coure après une carrière et s’épuise pour un patron(ne), une entreprise ou des clients pour qui ces années de travail n’auront aucune importance en fin de carrière! Je ne dis pas qu’une femme ne doit pas avoir de profession, seulement qu’une femme devrait se sentir tout aussi accomplie si elle ne fait “que” s’occuper de ceux qu’elle aime (mari, enfants, famille). Bref, mon féminisme idéal devrait aider à valoriser ces choix à la femme, pas l’enfermer dans un autre moule de société!

Anúncios

11 comentários sobre “Sete perguntas

  1. Peut-être que le mouvement féministe est parfois pris à l’extrême, aujourd’hui, mais n’empêche qui a permis que les femmes ne soient pas QUE relégées au rang de mères porteuses/cuisinières/femmes de ménage à la maison. Et qu’elles votent! Et aujourd’hui encore, les salaires des femmes sont moins élevés que les salaires des hommes (à travail égal) donc il y a des injustices qu’il faut encore hélas combattre. Je me demande toujours ce qu’aurait été ma vie il y a 50 ou 60 ans. Si je n’avais pas pu faire autant d’études, travailler comme je le fais, être indépendante, etc. Je serais sûrement dans une institution pour handicapés…

    • Oui, oui, on est bien d’accord: les extrêmes ne sont pas bonnes ni d’un côté ni de l’autre. Je ne dis pas que les féministes ont eu tout faux, seulement que de mon point de vue les femmes d’aujourd’hui, étant donné qu’elles ont théoriquement LE CHOIX devraient sentir qu’elles ont en effet ce choix-là de rester au foyer (si elles peuvent se le permettre financièrement). Seulement ce que je déplore n’est pas qu’elles peuvent faire des études ou avoir une profession si elles le désirent (loin de là!), mais qu’elles se sentent obligées par le regard des autres, ou la société de consommation, d’aller travailler parce que tout ce qu’elle fait à la maison n’est pas assez, puisque pas rémunéré!

      On m’a posé une question, alors j’y répond, mais ça ne m’a pas empêché de redouter la réponse de Dr.Caso! 😉

  2. @N : tu vois je suis tout à fait féministe dans le sens où je suis pour l’égalité des hommes et des femmes et que je suis tou à fait consciente du boulot que certaines femmes ont fait pour que nous ayons tous les droits que nous avons actuellement et dans le sens où je pense qu’il y a encore beaucoup à faire pour l’égalité…

    Mais je suis entièrement d’accord avec toi aussi : Je ne travaille pas et je sens une énorme pression permanante sur moi de pas mal de gens qui me jugent de vivre, soit disant, aux crochés de mon mari…. On ne disait pas ça pour nos grand-mère. Je trouve ça particuliièrement injuste car il m’est avis que j’abats pas mal de boulot “pour la communauté”. J’aime l’ordre et la propreté et il me semble que je bosse vraiment beaucoup pour que la maison soit un havre de paix pour mes hommes qui n’ont jamais à se préocuper d’aucune logistique… et que donc je gagne le droit de ne pas “bosser”.

    Je suis féministe dans le sens ou pour moi, l’égalité ça serait aussi qu’un homme puisse choisir d’etre homme au foyer si dans le couple ça marche bien comme ça… Certains hommes le font, ils sont rares et il faut bien l’avouer c’est beaucoup plus dur pour eux d’affronter le regard des autres (facilement méchant voir insultant) que pour les femmes au foyer…

    Je suis resté sur des idées féministes égalitaires des années 70, pas des années 80 qui demande à ce que la femme soit une “batante” une “Ouineuse”, une “superwoman”. Je me fout d’être une batante.

    En revanche quand je bossais il y a quelques années j’avais appris qu’un de mes collègues gagnait beaucoup plus que moi alors que nous avions tous les deux une maîtrise de lettres, et que nous avions la même expérience…. J’en avais parlé à ma bosse qui m’avait repondu que lui était “un père de famille et que sa femme ne bossait pas.” c’est pour ça qu’il avait un meilleur salaire que moi…
    Ca je trouve que c’est parfaitement inacceptable : à travail et compétence égal = salaire égal. Point.

    @Dr K : Il ya 50 ans tu aurais pu faire des études : ma mère avait un doctorat et elle n’était pas la seule 😉 Beaucoup de femme de l’après guerre faisaient de belles études et étaient prof de fac 🙂
    Avant la guerre c’est autre chose….c’était un peu plus difficile…

    • Oui, oui et oui! Bon ben ça alors on est vraiment sur la même page! Je n’ai pas encore étudié l’histoire du féminisme, donc, je savais pas si j’étais des années 70 ou 80 😉 , mais en effet moi aussi je trouve que les hommes devraient avoir le droit d’être au foyer si ça marche dans le couple (je connais des couples où l’homme aime cuisiner et la femme préfère travailler, pourquoi pas?). Quant à la question d’égalité salariale, oui bien sûr cela va de soi…

  3. PS : je prirai pour toi à ma façon 😉

    Ne pas acheter à crédit est un bon conseil. Je sais de quoi je parle. On a eu quelques problèmes avec ça… Heureusement c’est derrière nous…

    S’accepeter tel qu’on est c’est chouette aussi. J’ai un peu de mal avec mes (rares) cheveux blancs je l’avoue!!! J’aimerais avoir l’humilité de les laisser comme ils sont.. Mais j’y arrive pas, encore.

    Merci ‘avoiir répondu si sincèrement à ces questions 🙂 Il m’aide à mieux te connaître et c’est un plaisir 🙂

    • Ici TOUT peut s’acheter à crédit (habits, chaussures, vaisselle, petit électro-ménager, etc.) et beaucoup de magasins “offrent” 10% à 20% de “rabais” pour ceux qui achète comptant! Ça veut dire que ce 10 à 20% est en fait le montant d’intérêt que payent ceux qui achètent à crédit!!! Ça me rend malade de penser qu’autant de gens se font avoir…

  4. Je te suis complètement sur le “ne rien acheter à crédit”! Bon, okay, les maisons. Mais le reste… quand je vois les gens s’endetter pour des vacances, des fringues et tout, ça me rend folle. C’est une vraie maladie en Amérique du Nord.

  5. Rien acheter à crédit, c’est une très bonne idée ! J’essaie aussi de l’appliquer, et de le faire comprendre autour de moi…
    Et je suis d’accord qu’il faudrait revaloriser le travail effectué à la maison (s’occuper des enfants, cuisiner, etc.), mais pourquoi ne parler que des femmes qui sont dans ce cas ? J’aimerais justement que les hommes également puissent se sentir libres de choisir cette option !

Oi! Tudo bom?

Preencha os seus dados abaixo ou clique em um ícone para log in:

Logotipo do WordPress.com

Você está comentando utilizando sua conta WordPress.com. Sair / Alterar )

Imagem do Twitter

Você está comentando utilizando sua conta Twitter. Sair / Alterar )

Foto do Facebook

Você está comentando utilizando sua conta Facebook. Sair / Alterar )

Foto do Google+

Você está comentando utilizando sua conta Google+. Sair / Alterar )

Conectando a %s