Joias

The children and I were in a supermarket we don’t usually go to. I was naturally trying to keep control of my three little frogs with my litany of “touch’pas! Decends d’là! Reviens ici!” (don’t touch this, stop climbing the shelf, come back here), when a lady in the same aisle beside me turns around and exclaims “Vous parlez français!?” (You speak French!). We both stared at each other in speechless surprise for a second. It is so strange to find anyone who speaks anything else than Portuguese over here. Even with neighboring Bolivia I have only met one Spanish speaking person in my 2 years here, so to find someone speak French was extremely unexpected. She didn’t look remotely French. In fact she looked very much Brazilian, so we proceeded to question each other of our whereabouts, the way Brazilians people do so well with strangers anywhere. Having a lengthy friendly chat with a stranger in a supermarket aisle is normal behavior in this country.

She informed me that she has been living in Geneva for a couple of years, working with precious stones and traveling to Brazil once or twice a month on business. She has associates in Minas where she is originally from (the state of Minas Gerais, literally means “General Mines”) and here.

Wait. Here? From Minas to Switzerland to here?
Of course, she asked me the same questions, “From all around the world to here?”
Yep. Tell me about it.

Once back home, I told the whole thing to my husband. A pretty remarkable encounter in a very unexciting town. He actually explained that while the region of Minas Gerais used to be the main source of precious stones in Brazil, that line of business is now growing more important in remote and relatively unexploited regions like ours. We have diamonds in Rondônia! One man we know has a stone in his wallet. A small and ugly stone which is worth a couple of thousands Reais. In his wallet, just in case.

Really!? We have to start digging in our garden, I joked.

Or was I really joking?

Les enfants et moi étions dans un supermarché où nous n’allons pas d’habitudes. Je tentais tant bien que mal de contrôler mes trois petites grenouilles avec ma litanie de “Touch’pas! Descends d’là! Reviens ici!”, quand une dame dans le même rayon à côté de moi se retourne et s’exclame “Vous parlez français!”. Nous sommes restées muettes de surprise pendant quelques secondes. C’est tellement étrange de rencontrer quelqu’un qui parle une autre langue que le portugais par ici. Même avec la Bolivie limitrophe, je n’ai rencontré qu’une seule personne hispanophone depuis deux ans que nous vivons ici, alors rencontrer quelqu’un qui parle français était extrêmement inattendu. Elle n’avait pas du tout l’air française. En fait elle avait tout a fait l’air brésilienne, alors on a procédé par s’interroger, de la même manière très brésilienne de commencer une grande discussion avec des étrangers partout. Avoir une longue discussion amicale avec un étranger dans un rayon de supermarché est une chose tout à fait normale dans ce pays.

Elle m’a informé que ça fait plus de 2 ans qu’elle habite à Genève, qu’elle travaille dans le marché des pierres précieuses et qu’elle fait des voyages d’affaires au Brésil une ou deux fois par mois. Elle a des associés à Minas d’où elle est originaire (l’état de Minas Gerais, litéralement “Mines Générales”) et puis ici.

Attends. Ici?! De Minas à la Suisse, puis ici?
Bien sûr, elle m’a posé la même question: “De partout dans le monde jusqu’ici?”
Ouaip. Faut pas chercher…

Une fois rentrée, j’ai raconté l’histoire à D. Une rencontre remarquable dans une ville, en somme, pas très intéressante. Il m’a expliqué qu’en fait bien que l’état de Minas Gerais était la source première d’exploitation minière du Brésil dans le passé, le marché devient maintenant plus important dans les régions plus isolées et donc moins exploitées comme la nôtre. Il y a des diamants à Rondônia! Un homme de notre connaissance a une pierre dans son porte-monnaie. Une petite pierre tout moche qui vaut quelques milliers de Reais. Dans son porte-monnaie, comme ça, au cas où.

Vraiment!? Mais alors il faut commencer à creuser dans le jardin, j’ai rit.

Ou étais-je sérieuse?

Anúncios

5 comentários sobre “Joias

Oi! Tudo bom?

Preencha os seus dados abaixo ou clique em um ícone para log in:

Logotipo do WordPress.com

Você está comentando utilizando sua conta WordPress.com. Sair / Alterar )

Imagem do Twitter

Você está comentando utilizando sua conta Twitter. Sair / Alterar )

Foto do Facebook

Você está comentando utilizando sua conta Facebook. Sair / Alterar )

Foto do Google+

Você está comentando utilizando sua conta Google+. Sair / Alterar )

Conectando a %s