Survivance dans la mémoire… (2)

  • Qu’est-ce que vous portiez, quand vous étiez à l’école, et qui vous fiche la honte (ou vous fait bien rire) quand vous regardez de vieilles photos maintenant?

En général, ma mère a bon goût pour s’habiller et en grandissant nous faisions souvent les boutiques ensembles. Mais étant artiste, elle n’avait pas la notion que ce qui était à la mode ne convenait pas forcément aux besoins d’une pré-adolescente qui essaye de se sentir “normale” dans une petite ville du sud de la France… Une fois ma mère m’avait acheté un ensemble pantalon ET pull, EN LAINE, avec des motifs (y’avait beaucoup de rose, mais je ne me souviens pas trop du reste). Ça lui avait probablement coûté assez cher parce que c’était de la marque Benetton, alors je n’osais pas lui dire que c’était… pas très discret. Alors je l’ai porté plusieurs fois à l’école, mais j’avais un peu honte! (C’était peut-être que dans ma tête, je ne me souvient pas particulièrement de remarques désagréables). Heureusement que le pantalon en laine était trop chaud (et la laine ça pique!), j’avais la bonne excuse de ne pouvoir porter que le pull avec des jeans normaux  la plupart du temps!

  • Quel est votre meilleur conseil en ce qui concerne le monde du travail?

Euh… Bonne chance? Faites de votre mieux? Soyez créatifs? Débouillez-vous? (J’allais dire “traversez la rue”! LOL) 😆

  • Qu’est-ce que vous admiriez/admirez le plus chez votre père?

J’admirais beaucoup mon père en grandissant. Sa débrouillardise. Sa curiosité. J’étais fière de lui, d’avoir créé sa propre activité professionelle, d’avoir sû trouver des clients dans le monde entier (des multinationales), de voyager pour son travail, etc.

Et puis en devenant adulte, j’ai réalisé que j’espérais en vain de lui un encouragement ou des félicitations après mes concerts, mes spectacles, mes excellents résultats scolaires, qu’il soit lui aussi à son tour fier de moi… Je ne le savais pas encore, mais mon père est un manipulateur. La meilleure éloge que j’ai eu de lui était après mon récital de fin d’études (une heure de récital en soliste, mémorisé, que j’avais préparé pendant plus de 6 mois et qui concluait plusieurs d’années d’études); un “c’est pas mal” bien franchouillard, d’un air complètement désintéressé! (Cela avait bien choqué mon meilleur ami de l’époque, maintenant mon mari, qui s’en souvient encore!).

  • Quel(s) sport(s) avez-vous fait (ou faites-vous toujours)? Est-ce que vous étiez/êtes doués? Comment avez-vous choisi et pourquoi avez-vous arrêté/continué?

Au début de chaque année scolaire, pour que je sois “active et en bonne santé” (il trouvait que je lisais trop), mon père insistait pour que je m’inscrive à une activité sportive qui soit:  1. un sport de groupe pour que je me fasse des amis (apparement d’après lui, je n’étais soi-disant pas assez sociale — je n’étais ni particulièrement timide, ni asociale, mais la solitude ne m’a jamais dérangée),  2. gratuit (ou pas trop cher), 3. proche de la maison (pour ne pas avoir à “faire le taxi”). Alors j’ai fait tour à tour : du basket, du judo (je n’aimais pas me rouler par terre), de la gym (j’aimais bien, surtout les barres parallèles et le trampoline, mais c’était trop cher et trop loin de la maison), du volley, de la natation (j’ai gagné une médaille d’argent pour la nage en brasse une fois)…  Autant j’étais plutôt bonne en éducation physique à l’école, autant je détestais l’esprit compétitif des équipes para-scolaires de basket et de volley. Le seul sport d’équipe que j’ai découvert et beaucoup aimé, plusieurs années plus tard quand nous étions à Montréal, était le water-polo, mais c’était une équipe d’adultes sans prétention qui jouaient dans l’eau deux fois par semaine pour s’amuser.

Et plus tard encore, jeune adulte, j’ai été passionnée de danse. J’ai apprit à danser la salsa, puis le swing avec des amis, et j’ai prit des cours de tango argentin que j’ai dansé énormément, plusieurs fois par semaine, pendant plusieurs années.

Maintenant je fais les sports solitaires que j’aime le mieux: la marche, le vélo, et la natation.

Anúncios

7 comentários sobre “Survivance dans la mémoire… (2)

  1. J’adore tes réponses, je découvre tes talents et plein de choses qui me plaisent chez toi 🙂 C’est marrant, par contre, pratiquement tout le monde (moi inclue) a eu un peu de mal à parler de son père (ou n’avait pas que des choses géniales à en dire). Faudra que j’essaye avec une question sur nos mères pour voir si c’est plus facile 😉

  2. Ouch pour ton père… :-/ Le genre de commentaires qui marque, enfant (et ado, et adulte…)

    Je me souviens très bien d’avoir porté un jean rose quand j’étais en CM1 ou CM2. La mode des années 1980s…!

  3. Ha ha l’ensemble Benetton!! 😀
    Moi qui suis plus vielle que toi, j’ai eu (entre 1970 et 1975) un ensemble en pure laine bien grattante affreux, pantalon et pull marin à rayure jaune et blanches!!! Pareil ça avait couté un bras, c’était très chic et affreusement désagréable à porter!!!
    A la décharge de ma mère, c’était plutôt tendance bon chic bon genre à LR à l’époque. Et avant de comprendre que c’était insu-pportable je trouvais cet ensemble très beau! 😀

Oi! Tudo bom?

Preencha os seus dados abaixo ou clique em um ícone para log in:

Logotipo do WordPress.com

Você está comentando utilizando sua conta WordPress.com. Sair /  Alterar )

Foto do Google+

Você está comentando utilizando sua conta Google+. Sair /  Alterar )

Imagem do Twitter

Você está comentando utilizando sua conta Twitter. Sair /  Alterar )

Foto do Facebook

Você está comentando utilizando sua conta Facebook. Sair /  Alterar )

Conectando a %s