Conduite accompagnée

  • Est-ce que vous croyez au coup de foudre? Pourquoi (ou pourquoi pas)?

Non. L’idée de coup de foudre me fait sourire, et ça fait de bons films romantiques, mais en fait je m’en méfie comme des premières impressions qui ne sont pour moi qu’un petit échantillon minuscule de la personalité d’une personne.

Par contre, je crois en l’Amour, ça oui: l’amour qui nait d’un regard, se nourrit de longues conversations,  trébuche parfois à cause de malentendus, s’arrose d’éclats de rires, passe à travers les larmes, grandit au long d’une vie, triomphe de tous les malheurs du monde!

  • Racontez-moi quand et comment vous avez appris à conduire.

C’est une longue histoire. Vous êtes prêts?

Quand j’avais à peine 16 ans, à Montréal, un ami m’a téléphoné un jour pour me dire qu’il allait au bureau de permis de conduire pour passer son examen théorique, et m’a demandé si je voulais l’accompagner! Alors nous y sommes allés ensemble. Il avait préalablement prit rendez-vous par téléphone, avait lu le code de la route entre temps, et après quelques minutes d’attente, il a réussit son examen théorique et avait son permis d’apprenti conducteur! Je trouvais ça très étonnant venant de France où beaucoup de mes amis plus agés m’avaient raconté leurs histoires d’avoir étés recallés plein de fois… Donc de retour chez moi, j’ai moi aussi prit rendez-vous par téléphone, et de la même manière que mon ami ai obtenu le permis d’apprenti!

J’ai conduit quelque fois avec un de mes parents à mes côtés, mais ces scéances étaient des tortures parce-que : 1. ma mère était extrêmement nerveuse, 2. mon père était tout simplement trop chiant! (il voulait que je dise à voix haute TOUTES les choses que je voyais, prévoyais faire, et que je faisais à l’instant). L’enfer je vous dis!

Donc comme j’habitais une grande ville avec un très bon réseau de transport en commun, et que mon père ne voulait pas me payer des leçons de conduite, j’ai renouvelé ce permis d’apprenti plusieurs fois mais je l’ai finalement laissé expirer…

Plusieurs années plus tard, j’avais 22 ans, mariée, et n’habitait plus à Montréal. Tout à coup, je me suis rendue compte qu’à moins d’habiter une grande ville équipée d’un très bon réseau de transport en commun, il est pratiquement indispensable de savoir conduire pour survivre dans tout le reste de l’Amérique du Nord! Mon mari et moi avons passé tour à tour nos permis de conduire avec des écoles de conduite à Niagara. Notre première année sans voiture a été difficile (surtout en hivers quand je devais rentrer après le travail le soir à vélo dans la neige), mais comme nous n’avions pas d’enfants, nous avions le temps de faire de longues balades à vélo, et garder la forme physique ! 😉

Donc j’ai conduit plusieurs années au Canada dans toutes sortes de climats (neige, glace, etc.), mais toujours des voitures automatiques.

Quand nous étions au Brésil j’ai apprit à me débrouiller avec le changement de vitesse manuel (stressant pour rien, quel enfer!), mais mon permis n’était pas valide… Après plusieurs années à conduire sans permis valide (je n’étais pas la seule dans ce cas sur les routes brésiliennes), et après moultes déboires avec l’administration brésilienne pour échanger mon permis canadien pour un permis brésilien, j’avais finalement décidé de REPASSER toutes les étapes du permis depuis le début… Puis on a décidé de revenir au Canada et j’ai tout laissé tombé (et perdu plein d’argent inutilement). Ici il a fallu que je paye une taxe pour renouveller mon permis expiré et tout est retourné en ordre. Ouf!

  • Comment faites-vous les courses? Avez-vous une liste et vous vous y tenez, ou vous laissez-vous inspirer par ce que vous trouvez? Est-ce que vous prenez seulement les trucs en solde, ou que du bio, ou que des trucs locaux, ou le premier truc qui vous tombe sous la main?

Je fais une liste que j’oublie parfois souvent à la maison, mais en général j’essaye d’acheter l’essentiel (pain, lait, beurre, oeufs, salade) puis je complète avec des trucs en promotion, ou des fruits et légumes de saison (en ce moment se sont les pommes, onions, patates et courges de l’Ontario). J’aimerai n’y aller qu’une fois par semaine, mais comme j’ai quatre gloutons à la maison, notre frigo n’est jamais assez grand et je complète souvent mes achats avec du pain ou de lait de chez le dépanneur.

7 comentários sobre “Conduite accompagnée

  1. Tu etais ou au Bresil? J’ao adore passer un mois a Rio avec mon frere, j’adorerais y retourner.
    Le coup de foudre, j’y crois. Dans mon cas j’en ai eu deux, des hommes qui representaient un espece de cliche de ce que je voulais a ces moment la de ma vie, mais une facette seulement. Du coup dans les deux cas ca c’est vite termine.
    Pas comme dans les films ou tout finit toujours bien donc.
    Mais cette espece d’attirance tellement forte qu’on ne peut pas y resister, cet “amour” (si different de l’amour profond d’une histoire longue) instantane, j’y crois

  2. Quelle histoire, ce permis de conduire! Moi, étrangement, je n’ai pas du le repasser quand j’ai déménagé des Etats Unis en Ontario, mais par contre l’Alberta m’a fait des mégatones de problèmes quand j’ai déménagé de l’Ontario en Alberta! La galère intégrale, et ça m’a pratiquement fait quitter l’Alberta tellement j’étais enragée. La paperasse c’est vraiment la poisse!

    • Oui, je me souviens aussi que c’était pas facile d’échanger tous les documents quand nous étions en Saskatchewan, et de retour en Ontario l’année d’après. Mais franchement après avoir subit la torture brésilienne, le Canada c’est plutôt bien organisé!!!

Oi! Tudo bom?

Preencha os seus dados abaixo ou clique em um ícone para log in:

Logotipo do WordPress.com

Você está comentando utilizando sua conta WordPress.com. Sair /  Alterar )

Foto do Google

Você está comentando utilizando sua conta Google. Sair /  Alterar )

Imagem do Twitter

Você está comentando utilizando sua conta Twitter. Sair /  Alterar )

Foto do Facebook

Você está comentando utilizando sua conta Facebook. Sair /  Alterar )

Conectando a %s