Indiscrétions

Merci Valvita pour ces questions inspirantes! 🙂

  • Barbe et/ou moustache, qu’en penser ?
Salvador Dali

J’aime bien l’un ou l’autre, surtout les moustaches sympatiques d’un autre temps, mais pas entre les deux. Je déteste cette mode de barbe de 2-3 jours (ça m’horripile quand je vois des photos d’un acteur à une soirée soi-disant chic habillé avec des habits super chers et… cette laideur contrastante sur la face! Les femmes décoiffées aussi d’ailleurs! C’est quoi cette mode de ploucs? 😆 ). En plus ça pique, je n’aime pas faire des bisous à un cactus! (Justement en ce moment D veut se faire pousser la barbe… Je prend mon mal en patience!)

Hercule Poirot
  • Quel genre d’élève étiez-vous ?

À l’école primaire, j’étais plutôt médiocre parce que je rêvais trop et j’étais lente. À l’école secondaire, ça allait un peu mieux parce que je lisais beaucoup. Par contre dès que j’ai pû étudier la musique à temps plein, j’étais excellente (au Cégep j’étais dans la liste d’excellence pour avoir plus de 80% de moyenne générale).

  • La technologie, histoire d’amour ou de haine ?

Comme beaucoup de choses, je pense que la technologie est à consommer avec modération. Par exemple l’accès à internet est devenu indispensable et je trouve ça bien sûr très pratique puisque ça me permet de travailler à la maison. J’aime aussi les prix accessibles de la technologie au Canada. Les laptops, DSLR, et microphone professionel (comme celui que j’ai pour mes narrations) m’auraient coûté un bras et un oeil au Brésil (la taxe d’importation est de 60%)…

Par contre, comme je suis toute la journée devant mon ordi, extrêmement joignable à la maison par Skype, FB, email, téléphone, etc, je résiste encore l’omniprésence d’un téléphone portable… J’aime pouvoir sortir de la maison, être libre de révâsser et ne pas avoir d’écran devant les yeux pendant quelques minutes ou quelques heures quand je sors me promener, nager, ou faire les commissions. J’aime lire sur mon Kindle, j’aime trouver la définition d’un mot que je ne comprend pas en posant mon doigt sur l’écran, mais j’aime aussi pouvoir emprunter gratuitement des “vrais” livres en papier à la bibliothèque (que je n’ai jamais besoin de recharger en plein milieu d’un chapitre au milieu de la nuit). Et je trouve ça drôlement embêtant que pour tout le réseau de bibliothèque de la ville certains nouveaux bouquins ne sont disponibles qu’en version électronique (non compatibles avec mon Kindle) (c’est probablement une question de budget).

  • Pouvez-vous me raconter une anecdote de travail ?

J’avais 19 ans, les vacances d’été venaient de commencer, je voulais aller en Allemagne mais je n’avais pas encore trouvé de famille d’accueil. Je ne savais pas encore si j’allais pourvoir partir pour l’été, alors j’ai répondu à une petite annonce d’un restaurant qui cherchait un “préposé à la cuisine”. L’adresse était dans le Vieux Port de Montréal, le restaurant du musée, au dernier étage avec une vue superbe. Comme l’annonce disait de se présenter en personne, c’est ce que j’ai fait et je me suis présentée au chef cuisinier. Il  m’a dit qu’ils avaient désespérément besoin de quelqu’un pour aider dans la cuisine et qui serait responsable de la plonge. Ça me va? Ok, à demain alors. Aux aurores je me suis présentée au poste. Le chef cuisinier était là et m’a présenté à la cuisinière… Je me suis vite rendu compte qu’aucun de nous n’avions un accent québécois, et qu’en plus d’être français nous avions tous un accent du sud!!! (C’est le genre de truc qui s’accentue quand on entend son interlocuteur). Bref on a bien rigolé. Je ne suis pas restée très longtemps avec ce boulot, peut-être 10 ou 15 jours (je suis partie en Allemagne finalement). Mais j’en garde un très bon souvenir parce que malgrès des journées interminables de 12 heures ou plus, constament debout, et une patronne qui ne rentrait dans la cuisine que pour gueuler d’aller plus vite, nous chantions tour à tour tout le répertoire de vieilles chansons française que l’on connaissait de mémoire! Nos journées passaient dans la folie et la bonne humeur.

2 comentários sobre “Indiscrétions

  1. Quand je pars faire les courses, j’ai tendance à oublier le téléphone à la maison et ça ne me pose aucune problème. Idem quand je promène le chien, le téléphone reste à la maison sauf si je suis d’humeur à prendre des photos.

    • De temps en temps je me dis que ça serait bien d’avoir un téléphone… pour pouvoir écouter des audiobooks ou des podcasts quand je vais me promener (sinon je fais ça depuis mon laptop chez moi)! “Ne pas être joignable” n’est vraiment pas un désavantage! 😀

Oi! Tudo bom?

Preencha os seus dados abaixo ou clique em um ícone para log in:

Logotipo do WordPress.com

Você está comentando utilizando sua conta WordPress.com. Sair /  Alterar )

Imagem do Twitter

Você está comentando utilizando sua conta Twitter. Sair /  Alterar )

Foto do Facebook

Você está comentando utilizando sua conta Facebook. Sair /  Alterar )

Conectando a %s