Journal d’une confinée

Salut les co-confinés ! (Quand j’ai pensé à cette salutation ça m’a fait rire, comme quoi il m’en faut peu ! 😆 )

Ces jours-ci, je me sens comme un lion en cage, bien nourrie, mais qui tourne en rond.  La grande innactivitée me rend folle ! Je rêve de monter sur mon vélo pour aller à la piscine, le vent sur le visage et dans mes cheveux. J‘ai soif de liberté.

J’ai encore et toujours une grande difficulté à me concentrer sur mon travail. Je me suis une fois de plus rendue compte à quel point l’exercice physique m’aide travailler mieux et, principalement, à me concentrer… Heureusement l’auteur est lui aussi dans la même situation : confiné avec des enfants à la maison. Quand il m’a demandé dans notre dernier échange si j’avais une idée de la date à laquelle j’allais terminer ce projet, j’ai dû franchement répondre que la date que je prévoyais (début mai) serait vraisemblablement repoussée parce que je n’arrive pas à avancer ! J’ai la sensation d’être dans un sable mouvant temporel. Les enfants qui m’interrompent n’aident pas, mais je ne devrais pas trop les blâmer parce que le plus souvent je me distrais moi-même avec d’autres niaiseries, comme un article épeurant / stressant / déprimant sur FB ou une recette de gâteau longtemps oubliée et vraiment pas nécessaire (comment vais-je dépenser ces calories englouties ? ).

Ai-je déjà dit combien ça me manque de partir à vélo pour aller à la piscine ? Pour moi l’exercise physique régulier m’apporte bien au-delà d’un bienfait physique, c’est surtout un bienfait mental. J’ai cruellement besoin de ma dose d’endorphine.

Pourtant le plus grand stress de la semaine, finalement, c’est juste de m’organiser pour avoir les enfants terminer tous leurs devoirs à temps (mais dans le fond, si c’est en retard qu’est-ce qu’on risque vraiment à part une auto-déception ? )

Et pour couronner la grande absurdité générale, nous avons eu l’hivers le plus bizarre de ma vie au Canada : première neige était début novembre alors que les feuilles d’automne n’étaient pas encore toutes tombées, puis plus rien jusqu’au mois de février… et maintenant mi-avril la neige est tombé sur les jonquilles et les quelques arbres qui commençaient à bourgeonner ! Trop bizarre ! 😳

012

Variable et varié

Qu’est-ce qui vous a fait rire récemment?

Désolée si vous avez déjà vu ça circuler sur FB, mais au moment où je suis tombée sur cette vidéo elle m’a fait rire aux éclats, et à son tour un de mes fils l’a trouvée drôle et continue d’en répéter certaines répliques “… sinon dé-gaaa-geeez !”

De quoi est-ce que vous avez peur de manquer?

Rien. Depuis qu’on est revenus du Brésil, j’ai une nouvelle appréciation pour la surabondance des supermarchés canadiens (même en temps de pandémie internationale). Et pour ce qui ne se trouve pas, on peut probablement s’en passer.

Comment est la situation dans les magasins chez vous?

Par soucis de répartition égale des denrées, ils ont imposé une limite de 2 items identiques par famille (que ta famille soit d’une seule personne, cinq, ou dix, peu importe). Ça ne me dérange pas si il sagit de pizzas surgelées (par exemple), mais c’est irritant pour les gros pots de yogourt de 500 g (d’habitude j’en achète 4 ou 6 si il y a une promotion), ou les boîtes de douze oeufs (qui disparaissent à la vitesse de l’éclair, ça fait plusieurs fois que je n’en vois plus dans mon supermarché habituel) (ça aussi j’en achète 3 ou 4 boîtes d’habitude). Mais ça va, franchement on manque de rien, je dirais même qu’on mange trop compte tenu de notre grande innactivité physique.

Quand êtes-vous sortis de chez vous pour la dernière fois, et qu’avez-vous fait lors de cette sortie?

Je suis allée au supermarché, la semaine passée, mais je ne sais plus quel jour c’était, ni quel jour nous sommes aujourd’hui…

Quelles nouvelles recommendations et restrictions avez-vous reçu de votre gouvernement cette semaine? Et qu’en pensez-vous?

Le maire de notre ville a décidé d’annuler les transports en commun ! (Le réseau de bus qui déjà assez mal déservi en temps normal). Ça n’affecte pas mon quotidien, mais je trouve ça complètement stupide (et je ne suis pas la seule) puisqu’il y a quand même quelques personnes qui en on besoin pour aller travailler (ceux qui n’ont pas les moyens de conduire ni de rester chez eux). Et puis, il a aussi fermé les aires de jeux pour enfants (je m’y attendais), mais pas les parcs ! (je ne sais pas comment il a fait ça puisque je ne vois aucune barrière autour des jeux que j’apperçois par la fenêtre) (les parcs et sentiers sont ouverts pour permettre à la population de prendre l’air en respectant les distances de sécurité). Ça me rassure un peu parce que la dernière fois que je suis sortie avec les enfants (je crois que ça fait 15 jours!!! OMG), je me sentais un peu comme une criminelle. Je ne voyais personne autour de nous et je me demandais si il y avait une nouvelle interdiction que j’ignorais. Pendant notre promenade d’une heure, un samedi frais mais ensoleillé, après avoir traversé un parc immense et deux aires de jeux, nous n’avions croisé (de loin) qu’un seul couple avec un chien… C’était très étrange.

Qu’est-ce que vous trouvez le plus difficile ces temps-ci?

Le manque de routine. Trouver du temps pour me concentrer sur mon travail sans être interrompue toutes les cinq minutes (je dois attendre que tout le monde dorme après 23h pour pouvoir enregistrer des chapitres) (je faisais ça AVANT aussi, mais j’avais des heures calmes supplémentaires  quand les enfants allaient à l’école).

Avec qui avez-vous parlé récemment que vous n’aviez pas vu.e/revu.e depuis longtemps?

Depuis le début de la quanrantaine ça a été la fête du Skype surtout avec mes amies et famille d’Europe (entre les fuseaux horaires et les horaires variables et variés, le contact est souvent difficile alors que là tout le monde est à la maison! haha). J’ai été particulièrement heureuse de parler avec une de mes plus ancienne amie d’enfance: ma voisine d’origine sud-coréenne (adoptée) qui est devenue prof d’anglais, a voyagé un peu partout, et est devenue maman d’un p’tit garçon qui dépasse les frontières. ❤

Qu’avez-vous fait d’inhabituel cette semaine?

J’ai passé l’aspirateur dans toute la maison DEUX FOIS en une semaine, j’ai aussi changé et lavé les draps de tous les lits, j’ai nettoyé la salle de bain et passé la serpillère dans la cuisine et la salle de bain. J’ai aussi aspiré et passé la serpillère dans les escaliers qui étaient vraiment dégoutants. J’ai aussi désinfecté le cadrant des fenêtres. Mes fils m’ont aidé… un peu. Normalement je nettoie en petites doses, je n’avais jamais fait tout ça dans la même semaine.

Quel bon bouquin/film/série recommandez-vous?

Tous les trois romans (en format ebook) de Mathieu Tazo, l’auteur avec lequel je travaille en ce moment, sont gratuit jusqu’à vendredi sur Amazon FR (au Canada aussi, je ne sais pas pour les autres pays). Profitez-en ! Si les deux autres romans sont aussi bien que “Au Nom des pères”, je conseille vivement. Les sujets sont sérieux, parfois graves ou triste, mais l’écriture est élégante, pas pompeuse du tout, et parsemée d’humour. Un régal !

Quel est le truc le plus chouette que vous ayez fait récemment?

En plus de parler avec ma vieille amie franco-coréenne, j’ai aussi eu une longue discussion avec mon amie allemande que je n’avais pas vu/parlé depuis des années également. J’adore ces retrouvailles sporadiques où les discussions coulent à flot comme si on s’était parlé hier alors que la distance et parfois des mois ou des années nous séparent. Ça c’est l’amitié vraie de vraie.

Qu’est-ce que vous avez décidé de faire ou d’apprendre grâce au fait que vous avez plus de temps chez vous maintenant (avec vos enfants, vos êtres aimés, vos poilus, tout.e seul.e, etc.)?

Théoriquement, on peut encore aller se promener, sans toucher aux aires à jeux et en gardant ses distances des passants (si il y en a), mais pour ajouter à l’ambiance post-apocalyptique, ces jours-ci il pleut, la terre est boueuse et le ciel est gris… Bref. Puisqu’on ne sort pas, j’ai décidé d’inicier les enfants aux joies de la zumba, ou du hip-hop, ou de la gymnatique rhytmée : je choisis quelques vidéos sur Y*tube et on se bouge les fesses. En général mes sessions sont accueillies avec des râles et lamentations, et j’ai dû transformer mon utopique 30 minutes en un raisonable 15 minutes (peut-être 20, si j’ai la patience d’endûrer le grand n’importe quack de mes singes), mais en fin de compte ça fait du bien à tout le monde.

***

Merci, chère Dr.Caso-à-l’autre-bout-du-Canada pour ces questions qui m’ont permi d’écrire par-ici, parce que j’ai plein de trucs à dire mais trop d’interruptions pour suivre le fil de mes pensées.

Oscillation

Bon ben, hier, alors que je voulais écrire ici un p’tit truc léger et rigolo, ou peut-être qui remonte un peu le moral, ou dumoins qui nous encourage tous à faire le mieux possible d’une situation difficile (oui, comme le reste du monde, en famille à la maison avec nulle part où aller — piscines, gyms et bibliothèques fermés, église annulée), j’ai eu la mauvaise idée de me googueuliser pour voir si j’avais des nouveaux commentaires à propos de mes audio books. J’attends toujours  impatiemment un ou des retours, particulièrement pour mes deux dernières productions (Le jardin secret de Marie et Un amour en si mineur).

Et là, surprise!, il y avait en effet un premier commentaire pour Un amour en si mineur de quelqu’un qui… n’a pas aimé mon travail ! 😳

l histoire est tres sympa. plutôt bien construite! mais la narration est terriblement monotone et sans vie. j ai nettement préféré la lire. l écouter a été un veritable supplice. je ne suis même pas allée jusqu au bout…

Ouch, ça fait mal ! Comment suis-je supposée me relever après une telle critique ? J’ai mon coeur qui se pince, une boule dans la gorge, un petit mal de ventre et une grande envie d’aller me coucher jusqu’à la fin du covid-19. C’est horrible !

Était-ce vraiment si nul que ça ? Dois-je vraiment me remettre en question ? Peut-être que mon auto-critique et les retours de l’auteur étaient complètement à côté de la plaque ? Peut-être que mon énonciation claire (dont je suis fière) et la subtilité des voix des personnage (que j’améliore) n’est qu’une fantaisie dans ma tête et dans mes oreilles ? Peut-être que toutes ces choses-là sont des idées claires et précises, mais ne sont pas audibles en vrai ? En fait, peut-être qu’il n’y a que moi qui entend mes progrès ! Et dans ce cas, quel est le but de toutes ces heures incalculables de travail ? J’adore ce que je fais, mais est-ce vraiment assez pour continuer ?

Aaargh ! *!@&$#%?!* (cris de détresse et désespoir)

Et puis, pour relativiser, je me force à me rappeller de tous les commentaire positifs que j’ai aussi reçu pour mes autres projets. Je sais que pour nourrir ma motivation, c’est à eux que je dois m’accrocher; une marrée de positivité contre une petite goutte négative. Ma narration pour ce livre-là n’était pas bien pire que les autres, non? (En fait, je pensais même que je m’étais vachement améliorée, mais du coup je doute !)

“The narration was well done: clean, clear and easy to follow” -Shannon, Audible Review

“N* is a fabulous French narrator because she does not have a strong regional accent – she is as neutral as one could wish.” -Erryn, Audible Review

“The narrator is a native French speaker, and she has a good voice for reading the stories.” -Julie, Audible Review

“Usually, it is difficult to strike a balance between a learning and entertaining experience; however, I think this book has found a way to achieve this feat. The narration is equally good. It features native speakers giving clues as to how commonly used French words are pronounced, however, in a conversational context. Excellent work.” -John, Audible Review

“The narration was well paced and suited for the entertaining feature of the stories, along with the learning goal of the audiobook.” -Emily, Audible Review

Pour relativiser, je me rappelle aussi de :

  • tous les acteurs ou chanteurs de renommée internationale que mon père “déteste” haut et fort (ça me fait rire) (on ne peut visiblement pas plaire à tout le monde),
  • de toutes les narrations de livres audio que j’ai moi-même préféré terminer lire en version papier (mais je ne suis quand-même pas allée écrire une mauvaise critique à propos du travail du narrateur, qui, ma foi, avait une voix probablement incompatible avec mes oreilles),
  • et puis je pense aussi aux innombrables livres que je n’ai pas pû terminer parce que l’histoire ne collait pas avec mon humeur du moment (rien à voir avec la qualité du travail de l’auteur, donc — et je ne suis également pas allée écrire une critique négative pour autant).

Maintenant j’espère fort, fort, fort qu’il y aura bientôt quelques critiques positives pour balancer ce seul et unique commentaire négatif… Il faudrait vraiment que je fasse des efforts de marketing, mais à part mon projet de podcast (qui devrait attirer des lecteurs vers mes livres audio — sauf si mon auditoire me trouve aussi nulle à chier… 😥 ) (en suspens pour l’instant puisque je suis en pleine production d’ Au nom des pères), je vois pas trop qu’est-ce que je pourrais faire de plus à part espérer que d’autres audio-lecteurs aimeront tellement qu’ils ne résisteront pas à l’envie d’écrire un truc gentil et d’en parler à leur entourage. Bref, le marketing c’est pas mon truc.