Underground Railroad

  • Si une grosse catastrophe allait arriver et que vous ne pouviez garder que cinq objets, quels seraient-ils ?

voiture, vélo (x5), chaussures (x5) , passport (x5), Kindle (ça c’est le mien, les autres démerdez-vous pour porter vos propres bouquins) 😉

  • Quels sont les compliments que vous avez reçus qui vous ont le plus touché(e)?

En général, je n’aime pas trop les phrases motivationelles que l’on peut acheter dans les supermarchés, mais un jour une élève de musique m’a offert une plaque avec écrit: “Teachers live forever in the hearts they touch”… et ça m’a touchée. En fait si on me dit que je suis belle ou intelligente ou que j’ai une belle voix, ça fait plaisir mais je m’en fout un peu. Par contre quand on me dit que ce que j’ai fait ou enseigné a fait une différence (pour le mieux) dans la vie d’une autre personne, là oui je me sens valorisée.

  • De quoi avez-vous le plus peur?

De perdre mon mari ou mes enfants. (Je n’ose même pas penser aux possibilités de catastrophes parce que mon imagination n’a pas de limites et ça me donne des attaques de paniques).

  • Quelle est votre plus grande source de stress?

(Éh bé, c’est pas rigolo ces questions!)

Mes parents me stressent. Nos conversations sur Skype sont toxiques.

Dernièrement ma mère était stressée à cause de son déménagement qui n’arrive pas, et quand j’ai voulu la rassurer pour lui remonter le moral, elle n’était pas contente que je ne sois pas aussi malheureuse qu’elle et elle s’est mise à me reprocher tous mes choix de vie… J’ai fini par lui racrocher au nez ! Silence radio pendant 3 semaines.

Et ils s’étonnent encore que nous ne voulons pas aller vivre en France… Heureusement qu’ils habitent sur un autre continent, ça limite les dégats.

  • S’il fallait que vous ne mangiez qu’une seule chose pendant un mois, que choisiriez-vous?

Du yogourt à la vanille.

(J’allais dire “oeuf dûr” parce qu’en soi c’est un aliment assez nutritif, et en plus c’est pratique ça se conserve longtemps, mais bon c’est quand même un peu difficile à avaler à sec comme ça un oeuf dûr tout seul sans rien d’autre pendant 1 mois…)

  • Quel est le plus bel endroit où vous soyez allé?

De ma mémoire d’enfance : Els Encantats. Parc national dans les pyrénées espagnoles. Grand soleil, air pur d’altitude, aucun bruit, seuls les cloches des moutons et le gargouillis des ruisseaux.

De ma mémoire de maman : Ubatuba. Notre unique journée à la plage, en famille, dans les cinq ans où nous avons vécus au Brésil…

  • Qu’est-ce que vous avez fait de sympa ce weekend?

Dimanche après l’église, nous avons été invités au restaurant par de nouveaux amis, canadiens d’origines variées (comme tous les canadiens) (dont un couple de finlandais ! — ça c’est moins courant, mais apparement il y a une communauté finlandaise dans la région). Nous avons eu des conversations intéressantes et les enfants ne nous ont pas trop interrompus ! J’ai été surprise d’apprendre que la petite ville et sa région (que nous visitons 2 fois par mois) faisait partie de l’Underground Railroad au 18e siècle… Je ne savais pas que le réseau des abolitionistes était monté jusqu’au Canada. J’ai aussi prit note de quelques suggestions de romans historiques à ce sujet.

***

Encore merci, à Dr. Caso pour ces questions indiscrètes ! 😉

Anúncios

Time Sensitive Information

  • Quel est votre meilleur souvenir de la semaine qui vient de se terminer?

Lundi, mardi, je ne me souviens plus de rien. Mercredi, les autobus de l’école étaient annulés pour cause de… (neige? glace? vent? Je sais plus), donc les enfants étaient à la maison et pour moi travailler a été… un défi. Jeudi, on m’a appelé de l’école parce que Natanael a dégobillé tout ce qu’il avait dans l’estomac, donc je suis allée le chercher avant midi. Vendredi, il est resté à la maison. Samedi matin, cours de natation. Dimanche, une heure de route pour aller à l’église (D est pasteur 2 fois par mois dans une église de la région). Donc je ne vois pas trop qu’est-ce qui se démarque comme “meilleur souvenir”, je ne vois qu’un espèce de brouillard de choses et d’autres.

Sauf peut-être : j’ai enfin terminé mon cinquième livre audio ! Youpie ! (Présentement en post-production).

Et aussi, ma cheville se dégonfle lentement. J’ai pû remettre mes bottes (la semaine passée je ne pouvais mettre que mes basquettes), donc ça aussi c’est chouette !

Et aussi, j’ai fini de lire un bon bouquin que j’ai vraiment aimé, Vinegar Girl d’Anne Tyler (une adaptation de The Turning of the Shrew de Shakespeare).

  • Quelle célébrité (vivante) admirez-vous? Pourquoi?

J’admire le travail de beaucoup d’artistes vivants (acteurs, chanteurs, musiciens, peintres, écrivains, etc.), mais je trouve souvent que je n’admire pas du tout leurs modes de vie, vies privées, ou leurs idées personelles. Alors, disons que mon admiration est compartementalisée !

  • Quelle “petite” décision a eu le plus grand impact dans votre vie?

En 1999, je prenais des cours d’allemand à l’université (une sorte de révision parce que ça avait été ma première langue étrangère en France, puis j’avais suivi un semestre de cours plus tard au Cégep) et comme je voulais me motiver le plus possible (en plus de traduire les poèmes de Goethe et les Lieder de Schubert, Brahms, et Wolff que je chantais), j’ai décidé de mettre une petite annonce dans un forum (Franco-allemand pour la jeunesse,  un truc comme ça) : Canadienne franco-argentine, qui aime voyager et la musique classique, cherche quelqu’un pour communiquer en allemand. Je me suis dit qu’avec de telles spécifications, il n’y aurait pas beaucoup de jeunes qui auraient les mêmes intérêts que moi dans ce forum. Une sélection naturelle. J’avais raison, puisqu’une seule personne m’a répondu et c’était ma super-copine A.

(la suite de l’histoire plus bas, en réponse à une autre question)

  • Quelle est la dernière amende que vous avez reçue, ou la dernière fois que la police vous a arrêté?

Ouh là, ça fait super longtemps ! Nous nous sommes fait arrêtés 3 fois pour excès de vitesse AU MÊME ENDROIT dans une avenue en ligne droite quand nous habitions au Niagara. Les policiers se cachaient derrière un arbre en bas de la pente parce qu’il était juste trop facile d’aller plus vite que la limite de vitesse à cet endroit. Par contre, la troisième fois, j’étais prête à contester l’amende parce que c’était juste ridicule (je pense que nous étions seulement 5 km/h au dessus de la limite règlementaire), mais quand je suis allée au bureau de réclamation, le policier n’avait même pas enregistré l’amende qu’il nous avait donné !

Sinon, au Brésil j’ai conduit pendant plusieurs années sans permis valide et heureusement que je ne me suis jamais fait arrêtée parce que là j’aurais été dans la merde !

  • Quel âge penseriez-vous que vous avez, si vous ne saviez pas quel âge vous avez?

J’ai du mal à réaliser que les années 2000 c’était il y a presque 20 ans… Dans ma tête, je suis restée bloquée dans ma vingtaine. Quand on me dit : “Dans les années ’90”, je pense automatiquement que ça fait dix ans… Mais en fait, non. Par contre, comme les enfants grandissent, ils sont le rappel quotidien que le temps passe… Et qu’en réalité, je fais bien  mes 38 ans, quoi !

  • Avez-vous déjà rencontré des gens in real life après les avoir rencontrés sur internet (sites romantiques, blogs, forums, etc)?

Oui !

Au début de l’internet, il n’y avait pas FB, je ne connaissais pas les blogs, mais j’ai correspondu pendant un an par email avec mon amie A., avant de se rencontrer pour de vrai en Allemagne, quand j’y suis allée comme au-pair pour la première fois. Ma famille hôtesse n’habitait pas trop loin de sa ville et pendant ma première journée de libre je suis allée la visiter. J’ai tout de suite rencontré sa famille (ses parents et son frère) parce qu’ils se demandaient quelle genre de personne étrange A. avait bien pû rencontrer par internet… Finalement, on était tous enchantés ! Surtout quand je leur ai dit que j’étudiais l’opéra et que je venais d’être admise au conservatoire. A. est allée chercher son CD de l’opéra Carmen pour que je chante par dessus la chanteuse !  ha ha. Plus tard, A. c’est mise au piano et je leur ai encore chanté quelques trucs ! C’était super. Ensuite, je suis retournée les visiter plusieurs fois, A. et moi avons voyagé ensemble jusqu’à Munich, elle est venue au Canada l’année suivante, nous avons fait un voyage jusqu’à la ville de Québec, Tadoussac (on a vu des bélugas), tout ça, je suis retournée en Allemagne l’année d’après, puis elle était présente à mon mariage à Montréal l’année qui a suivit !

Je regrette beaucoup d’avoir perdu le contact avec elle et sa famille. (Ils n’ont pas FB). J’ai parlé avec A. sur Skype il y a plusieurs mois, mais ça faisait des années qu’on ne se donnait pas de nouvelles…

Ensuite il y a aussi les deux familles allemandes chez qui je suis allée faire au-pair pendant deux étés. Je les avais trouvés grâce à des sites pour au-pair. Je suis bien tombée les deux fois, ils étaient tous très sympatiques.

J’ai aussi rencontré deux correspondants italiens. Celui de Turin était un étudiant en architecture, super sympa et intéressant en vrai aussi. Par contre l’autre à Rome, plus âgé, n’était pas aussi sympatique en vrai qu’en correspondance. Nous nous sommes vus un soir, mais c’était un supplice, le courant ne passait pas, je ne l’ai pas rapellé.

Après ces aventures, je me suis calmée pour les rencontres en vrai. Des années plus tard, ma copinaute bloguesque Dr.Caso est venue nous rendre visite une fois quand nous vivions au Niagara, mais c’est il y a très longtemps maintenant.

***

Merci pour ces questions à Dr.Caso, ma blogueuse célèbre préférée! 😉

e che sospiri la libertà

Voici la réponse bloguesque hebdomadaire de ma copinaute.

  • Quelles activités avez-vous mises de côté par manque de temps, d’argent, ou d’énergie, récemment?

C’est pas vraiment récent, mais ça fait un moment que je n’ai rien fait de créatif avec ma machine à coudre, j’ai un gros tas de tissus et d’idées qui m’attendent, mais je n’ai pas le temps…

Et puis demain ça va faire 3 mardis que je ne suis pas allée à mon cours aquatique parce que : Le mardi d’il y a 3 semaines il y a eu une tempête de verglas alors les bus scolaires étaient annulés, les enfants sont donc restés à la maison, et c’était vraiment dangeureux de s’aventurer dehors, la semaine passée je me suis effectivement tordu la cheville en glissant sur une plaque de glace, et cette semaine je ne sais pas si je serais assez en forme pour y aller demain… Ma cheville va mieux, mais je n’arrive pas encore à marcher normalement sans béquilles.

  • Quelle est la citation qui vous inspire le plus?

“I think that the most necessary quality for any person to have is imagination. It makes people able to put themselves in other people’s places. It makes them kind and sympathetic and understanding.”

― Jean Webster, Daddy-Long-Legs

  • Si la durée de vie moyenne d’un être humain passait à 50 ans, que changeriez-vous à la façon dont vous vivez aujourd’hui?

Euh? Pas grand chose? (Nous n’avons pas d’argent pour partir en vacances jusqu’à la fin de nos vies, donc j’vois pas où on irait)…

  • Si vous deviez obligatoirement aller vivre dans un autre pays, lequel serait-ce et pourquoi?

Moi j’en ai marre de changer de pays, mais je supporterais quand même de changer de province si il fallait obligatoirement vivre ailleur (les provinces Maritimes m’intriguent). Par contre, si je pouvais faire déménager mes beaux-parents, je les ferais venir vivre au Canada en éliminant toutes les complications de vendre leur maison, trier leurs choses, etc.

  • Quelle chanson (ou morceau de musique) avez-vous récemment fredonné?

Lascia ch’io pianga mia cruda sorte, e che sospiri la libertà. 

  • Qu’est-ce que vous savez cuisiner de meilleur?

Au Brésil, je cuisinais presque tous les jours le plat national arroz / feijão (riz et haricots) qui a le grand avantage d’être très bon marché et nutritif. En plus comme on en fait tous les jours (ou dumoins plusieurs fois par semaine), ça s’améliore avec l’expérience! Mais ici je n’ai pas (encore) de casserole à pression (ça ne se trouve pas aussi facilement qu’au Brésil) et je n’ai pas fait de haricots depuis longtemps (les gens ici achètent les haricots en boîte, ce qui est vachement beurk pour qui en a mangé frais pendant 5 ans).

Sinon il y a aussi le gâteau à la banane que j’ai fait tellement de fois que je pourrais le faire les yeux fermés… Idem pour le gâteau de carottes auquel je ne rajoute pas de glaçage ou cream cheese frosting (trop sucré à mon goût) par dessus, mais des grains de sésames.

Et puis, mes hommes carnivores aiment cette recette de meat loaf  qui disparaît bien vite à chaque fois qu’il sort du four… facile, savoureux et juteux.

Souvenirs revisités

Cette semaine, il semblerait que de l’autre côté du Canada, Dr. Caso soit tout aussi mal en point que moi, ou peut-être plus, alors les questions hebdomadaires sont posées par ces lecteurs dans les commentaires !

  • Quel métier rêvais-tu de faire étant enfant ?

J’ai toujours rêvé de devenir chanteuse. Quand j’étais enfant ma mère avait une cassette avec des extrait de l’opéra Carmen de Bizet et je connaissais toutes les paroles. J’ai aussi brièvement voulu être saltimbanque ou équilibriste dans un cirque, parce que j’avais été impressionnée par des spectacles. Et aussi infirmière pour Médecins Sans Frontières parce que je voulais voyager, mais après m’être évanouie à la suite d’une vaccination j’ai vite réalisé que j’avais peur des piqûres et j’ai changé d’avis ! Non, vraiment, pour moi l’opéra, forme d’art suprême, était une passion et devenir artiste lyrique, le métier idéal.

  • Si tu pouvais apprendre n’importe qu’elle autre langue (que tu ne connais pas déjà), ça serait laquelle?

Le russe. Nous avons de très chers amis russes (dont nos filleuls et filleules) alors ça serait une très bonne motivation pour apprendre leur langue. J’avais commencé à apprendre (bien avant de les connaitre, quand j’envisageais apprendre des rôles pour mezzo dans les opéras russes), mais l’alphabet cyrillique est un obstacle qui demande beaucoup de temps à maîtriser. Alors je ne suis pas allée bien loin.

Le japonais. Là aussi le système d’écriture serait un grand obstacle à surmonter, mais je crois que la culture japonais est quelque chose que j’aimerais connaître mieux.

  • Pour quelle raison vis-tu là où tu vis actuellement ?

Et bien justement à cause (ou grâce) à nos amis russes qui habitaient déjà ici. Ils nous ont beaucoup aidé quand nous voulions revenir au Canada.

  • Dans la perspective d’une décennie, quel est ton projet de vie ?

Nos projets ont tellement changé ces dernières années, que ça m’angoisse un peu de penser à d’ici 10 ans… Mais j’espère enfin avoir une maison, continuer à avoir des projets professionels qui m’intéressent, que mon mari aussi ai une activité satisfaisante, et bien sûr que nos enfants grandissent et apprennent des tas de choses.

  • Si tu devais apprendre un nouvel instrument de musique, quel serait-il ?

J’aimerai ré-apprendre le piano, ne plus avoir besoin de me dérouiller les doigts, et de m’y mettre pour de vrai comme quand j’avais 17 ans ! 🙂

Ou alors le bandonéon !

 

Mensonge ou vérité

  • Si les dates de péremption et d’expiration d’un aliment sont passées, est-ce que vous mangez/buvez/utilisez quand même le truc, ou est-ce que vous le jetez?

Bien sûr que non. Je ne jette rien, sauf peut-être les patates oubliées et qui ont germé, la clémentine écrasée au fond de la barquette (la pauvre), ou un citron tout sec…  D’ailleurs, j’achète beaucoup d’aliments qui sont en promotion (30% à 50% du prix normal) au supermarché “pour consommation rapide” parce qu’ils sont proche de la date de péremption… Et chez nous, en effet, tout est en consommation rapide ! (J’essaye de faire un seul supermarché par semaine, mais, hélas, je suis obligée d’y aller au moins tous les 5 jours). Au Brésil, ce genre de promotion n’existait pas du tout, du tout, et il faillait d’ailleur faire attention de ne pas acheter à prix plein un produit qui était, en effet, passé de date (ça  ne me dérange, que si il faut y payer plein prix! ) 🙂

  • Que faisaient vos parents à votre âge?

Mes parents ont 8 ans de différence. Alors quand mon père avait 38 ans, je pense que c’est à cette époque qu’il a accepté un poste d’expat en marketing pour une grosse entreprise française à Hong-Kong… Quand ma mère avait 38 ans, nous vivions dans une ville du sud de la France, elle était professeur d’art plastique (dessin, peinture, modèles vivants) plusieurs fois par semaine (quelques ateliers du soir dans la même ville, et un jour par semaine dans une ville voisine).

  • À quoi aimeriez-vous pouvoir consacrer plus de temps?

J’aimerai avoir du temps pour faire plus de musique (je me suis remise au piano, un peu, mais je manque de temps), ou me remettre à la couture… Aussi, j’aimerai passer mes dimanches après-midis à jouer aux cartes avec ma belle-mère et quiconque veut bien nous joindre. Mais la famille est loin. Ils me manquent. SNIF.

  • À quoi aimeriez-vous pouvoir consacrer moins de temps?

Sur mon ordinateur et Internet. D’ailleurs je me suis forcée à éteindre l’ordi hier après-midi (dimanche) pour faire d’autres choses (cuisiner, jouer aux cartes, aider mes fils à jouer au piano, et lire). Je pense qu’il faut que je m’impose des heures avec (quand je travaille) et sans (quand les enfants sont à la maison) parce que sinon j’y perd beaucoup trop de temps sur des niaiseries.

  • Quelle est la chose que vos amis vous répètent toujours, mais que vous ne faites toujours pas?

Soit je n’ai pas assez d’amis (je ne pense pas, j’ai des amis de très bonne qualité !), soit ceux que j’ai ne sont vraiment pas jugementels (possible), ou alors je ne les écoute pas… Ou peut-être que je n’ai pas comprit la question ? Je ne trouve rien !

  • Quel était votre dernier mensonge?

Mentir par omission : je le fais toujours avec mes parents parce qu’ils ne m’offrent jamais de support moral, mais plutôt de la critique constante. Par exemple, quand on a une discussion sur Skype ça va rester dans le superficiel de “tout va bien”, plutôt que dans les petits tracas du quotidien.

Sinon, je pense qu’un de mes défauts, si c’en ait un, est que je suis trop franche! Je refuse de mentir pour faire plaisir à quelqu’un ! Je préfère ne pas donner mon avis si on ne me le demande pas, parce que je sais que les gens ne veulent pas forcément que je leur dise ce que je pense… Par exemple, un jour quand j’étais étudiante (il y a de longues années), un autre chanteur voulait que je lui remonte son auto-estime (je pense, je ne suis pas sûre) et m’a demandé directement qu’est-ce que je pensais de sa voix ! Quelle horreur, pourquoi m’a-t-il posé cette question?! Je ne savais pas où me mettre. Je ne pouvais pas prétendre de ne pas l’avoir entendu (il me regardait), je ne pouvais pas m’enfuir (nous étions assis en train de manger le lunch ou faire des devoirs, je ne sais plus). Bref, après une panique intense dans ma tête, j’ai fini pas lui dire que mon avis était très subjectif, que tous les arts en général sont subjectifs… et que je n’aimais pas sa voix ! Il est partit très offusqué, mais je ne vois toujours pas comment j’aurais pû réagir autrement.

031033

Lectures et questionnement

Ça fait deux semaines que j’ai commencé à répondre aux questions de Dr.Caso, et voilà une autre semaine qui commence avec d’autres questions… Comment vais-je faire pour ratrapper tout ça?

  • Quels livres ont eu un impact important sur votre vie/votre vision du monde?

Pendant l’adolescence, je me questionnais beaucoup sur la foi et la place de la religion dans ma vie. J’ai grandit dans la tradition catholique (baptisée et communiée), mais mes parents ne sont pas pratiquants. Curieusement, mon cheminement a commencé avec beaucoup de livres de fiction… et continué avec des choses plus sérieuses! 😉

D’abord, La Reine Margot, d’Alexandre Dumas, a piqué ma curiosité sur les guerres de religions.

Ensuite, Au nom de Compostelle, de Maryse Rouy, m’a interrogée sur les cathares.

En fin de compte, je me suis dit que si je m’idendifiais à la religion chrétienne, au-delà de la tradition culturelle et familiale, et si je voulais savoir en quoi je croyais vraiment, il fallait simplement que je lise la source de tout ça, c’est-à-dire la Bible. Je l’ai lue en entier du début à la fin (pour de vrai, pas seulement des extraits), de l’Ancien au Nouveau Testament, de la Génèse à l’Apocalypse. D’abord en français, (aussi en espagnol, allemand et italien — quand je voyageais je m’achetais une traduction dans la langue du pays que je visitais), puis plus tard plusieurs fois en anglais (avec mon mari), puis en portugais quand nous étions au Brésil… Ça fait beaucoup de livres !

Plus tard, je peux dire que je suis réellement devenue luthérienne, par conviction, après avoir lu les cathéchismes et confessions, de Martin Luther.

  • Quand vous faites vos courses (fringues, bouffe, etc.), est-ce que vous vous fiez toujours à certaines marques, ou est-ce que vous vous en fichez?

Pour les habits, je n’aime pas acheter des marques visibles (j’enlève systématiquement les étiquettes de tous mes habits). Je n’achèterai jamais un t-shirt avec écrit Adadas ou Nicki en gros dessus par exemple (je ne vois pas pourquoi je devrais payer plus cher pour leur faire de la publicité !). Mais par contre pour les pantalons qui sont pour moi un supplice de trouver et d’essayer (j’ai une taille fine et de larges hanches), je sais maintenant quels modèles de quel magasin me vont bien et dans ce cas ça me simplifie la vie d’acheter le même truc en plus neuf quand j’en ai besoin. Mais je n’achêterai jamais un pantalon en ligne, il faut absoluement que j’essaye avant d’acheter.

Pour la bouffe, je m’en fout un peu (mais j’achète le moins de nourriture processée possible), j’achète ce qui est en promotion !

  • Qu’avez-vous cherché dans Google la dernière fois?

Le Quatuor Zahir. J’ai découvert cette pièce que j’ai trouvé super chouette et j’ai voulu en savoir plus…

  • Quels choix précis avez-vous fait à propos de l’éducation de vos enfants?

Je voulais leur enseigner le piano / rudiments de musique le plus tôt possible, mais quand ils avaient 5 et 4 ans c’était trop tôt (pour eux) et l’essai n’était pas concluant. Ils n’avaient ni de concentration ni d’intérêt pour apprendre et moi encore moins de patience. Je ne voulais pas les traumatiser à vie donc j’ai arrêté les scéances de tortures ! Maintenant qu’ils sont un peu plus vieux peut-être que ça va aller mieux ?

Quant à l’école, ils ont connu le système d’éducation au Brésil (en portugais) et maintenant le système d’éducation francophone au Canada. Un truc rigolo: maintenant j’entend parfois des drôles de sonorités franco-ontariennes quand ils parlent!

On n’a pas encore décidé quand ou comment on va les transférer vers une école anglophone (il faudra bien qu’ils apprennent aussi l’anglais). On verra.

  • Qui sont les personnes qui ont été les plus gentilles avec vous, dans votre vie?

Mes parents bien sûr, car même avec les manipulations de mon père, je n’ai jamais manqué de rien. Et puis j’ai eu des professeurs de piano et de chant formidables qui m’ont souvent donné plus d’heures de cours que je ne pouvais me permettre de payer… Et aussi tous les amis et les inconnus qui nous ont aidé dans les moments les plus difficiles. C’est dans ces moments que l’on se rend compte de la sincérité et de la bonté qu’il y a autour de nous, même si parfoir on a tendance à ne voir que tous les malheurs du monde.

  • Qu’est-ce que vous rêvez de pouvoir manger tout le temps?

Je ne peux pas digérer les fritures, alors je n’aime ni chips ni frites ni rien de gras… C’est pratique. Par contre j’aaaime le chocolat (surtout le noir) (et le chocolat au lait avec des raisins et noisette), mais je suis au régime et je dois couper ces trucs que j’aime un peu trop…

  • Qu’est-ce que vous n’avez jamais fait que la plupart des gens autour de vous ont fait?

Je n’ai pas encore acheté de maison. Je rêve de m’acheter ma propre maison un jour.

C’est une blague…

  • Quelles sont les petites choses qui rendent votre vie plus agréable au quotidien?

Mon lit. Sérieusement. Lire au lit, travailler au lit, me rouler dans le lit, et dormir aussi, un peu ! 😉

Pendant des années nous avons eu des matelas super-inconfortables, de celui avec des ressorts qui nous rentrent dans le dos jusqu’à l’autre en mousse extra dûr pire qu’un sac de sable… L’enfer. Une véritable torture. Pendant notre dernière année au Brésil ça s’était un peu amélioré parce que j’avais acheté un matelas très cher (pour nous — c’était pas le plus cher du magasin quand même), mais j’avais dû le brader à un tiers du prix (presque neuf donc — la rage !) avant de partir puisque les matelas usés sont une des choses que l’on ne peut pas importer dans un déménagement au Canada… Puis, dès qu’on a pû, quelques mois après avoir déménagé, on s’est acheté encore un matelas. J’ai longtemps hésité parce que j’ai acheté pour la première fois une mattress in a box. C’est un matelas qu’on achète en ligne et que l’on reçois à la maison enroulé sous pression dans une boîte. Il y a plusieurs compagnies aux États-Unis et au Canada (je ne sais pas si ça existe en France), donc j’avais l’embarras du choix. Mais comme le prix est intéressant et que leur politique de remboursement /retours est très souple (100 nuits d’essai), je me suis finalement décidé pour cette marque canadienne… Et franchement j’ A-DO-RE mon matelas ! Il est super mou, mais il tient bien la forme. Je ne sais pas si c’est grâce à la memory foam ou quoi, j’y comprend rien, mais c’est le meilleur matelas que j’ai jamais eu de toute ma vie entière. Des fois je me cherche des raisons pour passer plus de temps au lit ! 😉

  • Comment arrivez-vous à vous motiver pour faire les choses que vous n’avez vraiment pas envie de faire mais devez absolument faire?

Sortir dehors quand il fait -20°C c’est vraiment difficile, mais quand je rentre à la maison après avoir été dehors ça fait vraiment du bien ! Faire du vélo quand il neige dehors, c’est pas super agréable, mais payer le stationnement devant la piscine l’est encore moins ! Si je nettoie pas la litière des chats, ils vont me faire une pyramide de crottes et ça va sentir la merde de chat dans toute la maison ! Rester bien au chaud à la maison sans bouger et manger des cookies à l’avoine et aux raisins, ou aux pépites de chocolat, c’est bien plus facile et confortable que de se bouger le cul et se mettre au régime, mais le surpoid c’est moche, c’est déprimant et ça n’est vraiment pas bon du tout pour ma santé ! Je me raisonne comme ça tout au long de la journée…

  • A propos de quoi avez-vous changé d’avis, ces dernières années?

Avant d’aller vivre au Brésil, je pensais qu’on était plus heureux au soleil… Maintenant je pense qu’on est bien plus heureux dans un pays organisé et mieux éduqué !

  • En ce qui concerne l’orientation du papier de toilette chez vous, le bout pend-il par-dessus ou en dessous du rouleau?

Au dessus.

  • Quelles qualités/faiblesses tenez-vous de vos parents?

La ténacité de mon père, la sensibilité artistique de ma mère.

  • Racontez-moi la première blague qui vous vient à l’esprit.

C’est un américain, un mexicain et un français qui sont dans un avion pour faire du parachutisme. Si ils crient leur souhait le plus cher avant de sauter, ils en auront en abondance.

L’américain saute et crie “Money ! Money ! Money !”…

Le mexicain saute et crie “Tequilaaaaaaaa !”.

Le français se prépare, prend sont élan avant de sauter… trébuche ! Et crie ! “MERDE!”