Chega de saudade

Ce matin j’écoutais la radio en allemand (sur Radio Garden, je conseille vivement) et je grelotais de froid. Il ne faisait que 20°C chez moi. Que voulez-vous j’ai perdu l’habitude, c’est le vrai hivers brésilien ici, quoi! Et puis, cinq minutes plus tard, j’entend les allemands se plaindre de leur été frisquet cette année… Il ne faisait que 17°C chez eux. Ha ha.

Quand j’ai raconté cette petite anecdote à D, il a bien rigolé. Lui qui a le sang chaud n’a jamais souffert de l’hivers canadien, par contre ici son malaise est extrême pendant les mois chauds. C’était carrément l’enfer pour lui en Rondônia. Par contre pour les enfants et moi qui sommes plus frileux, nous allons avoir un sacré choc quand on retourne au Canada.

J’ai bien dit “quand” et non pas “si”, parce qu’en effet, oui… Nous retournons au Canada!

Ce n’est pas un secret, même si je n’écris plus souvent par ici, les cinq derniéres années au Brésil ont été très difficiles pour nous. Spirituellement, émotionellement, financièrement, culturellement. Et en fait, depuis que nous sommes ici nous avons eu le constant incomfort de ceux qui ne font que passer. D’abord c’était tout simplement la fin du monde. On voulait tout simplement que le supplice passe aussi vite que possible. Puis ça c’est un peu améliorer l’année passée à Goias, mais c’était quand même pas super. La ville trop petite et loin de tout pour s’imaginer “grandir” là trop longtemps.

Alors nous sommes allés mettre à jour nos passeports canadiens au service consulaire de l’Ambassade du Canada à Brasilia. Juste “au cas où”. Je pense que ce que l’on aimait le plus de nos brefs passages à la capitale est que tout y était tellement propre, la ville bien planifiée, et le climat tellement agréable que l’on se sentait presque de retour au Canada!

Maintenant que la décision est prise, on se souvient de plusieurs moments avec une sorte de double vision. Par exemple, quand D a fait les démarches pour nos contributions pour la retraite, il a eu la forte sensation que c’était de l’argent jeté par la fenêtre. Et chaque mois, quand je retournais au guichet de la Loterica pour faire le paiement, je me disais la même chose… Était-ce une vision, une intuition, ou wishful thinking?

Autre exemple plus récent, quand L (ma belle-mère adorée) a offert des manteaux d’hivers aux garçons au mois de mai (début des fraîcheurs hivernales ici), je me suis dit: “Ça c’est bon pour l’hivers canadien”, mais j’ai repoussé cette pensée en me disant simplement que ces manteaux étaient un peu exagérés pour le Brésil!

Pour l’instant, nous sommes encore à l’étape préliminaire. D va annoncer sa décision dimanche. Il n’y a pas grand chose que l’on puisse faire pour l’instant à part en parler avec nos meilleurs amis canadiens et américains qui prient pour nous, et penser à tout ce qu’il faudra vendre, donner, jeter, emboîter (une fois de plus).

D ira loger chez nos amis qui habitent à W (Ontario), d’où il cherchera un emploi dans la ville même ou plus loin si nécessaire London, Guelph, etc. Tout est incertain de ce côté là. Aprés avoir empaqueté nos choses, prètes à envoyer, et libéré la maison, j’irais vivre chez mes beaux-parents avec les enfants en attendant de savoir quelle sera notre nouvelle adresse. Je n’ai encore rien dit ni à mes parents, ni aux écoles où je travaille… Notre période d’attente risque d’être plus ou moins longue dépendement du marché du travail en Ontario, et je ne veux pas avoir du stress supplémentaire.

Nous sommes quand même tristes que ce soit la situation de l’église qui nous pousse à retourner au Canada. Nous sommes aussi tristes (gros PINCEMENT au coeur!!!) d’aller vivre encore une fois loin de la famille. La lueur d’espoir, quand même, est que maintenant qu’ils sont tout les deux retraités, ils envisagent de vendre leur (grande et belle) maison pour venir nous rejoindre plus tard, quand nous seront installés! Et E (mon beau frère) et M (sa copine) envisagent eux aussi de nous suivre… Qui sait, peut-être que d’ici quelques années, nous vivrons à nouveau tous proches de l’autre côté de l’Amérique!

Anúncios

Brotos de Flores

To my fellow expat friends in Brazil: my dad recently sent birthday presents (books) for the twins from France via Amazon, we didn’t have to pay any customs, and it arrived in (drumroll) 10 days! ONLY TEN DAYS! Yes, I’m as amazed as you are, but now I’m afraid to push my luck and ask for a new camera… 😉 (I’ve been dreaming of a real fancy schmancy one with a couple of good lenses because there are many birds, flowers and landscapes worth showing off here, but technology is seriously way over budget).

On another note, the English classes have been going very well. There are new students every week since I’ve started one month ago. It’s encouraging, but I am still struggling to adjust to the way Brazilians roll. Let me illustrate.

Lesson 1 : 2 students

Lesson 2 : 5 students (yay!)

Lesson 3 : 1 new student, but one was already absent, so that was still 5 students in class.

Lesson 4 : 1 new student, but 2 were absent, so still only 5 students in class.

Lesson 5 : All 7 students were finally there. Ooh yeah fantastic, except that even though they are all adult they kept talking at the same time like a bunch of kids. At least I have no problem of participation! Ha ha. Sigh.

Thank God, I asked them to pay for their lessons one month (4 weeks) in advance so that even if they don’t show up, I don’t have to run after anyone for payment.

Apparently, I am supposed to get one more new student next week, but I won’t believe it until I see it (or him). Since I’ve started teaching, there have been about 4 more persons supposedly interested who never showed up.  However, if that class keeps on growing this way, I will need to divide it. I believe eight students to be the absolute max or we won’t understand each other.

À tous mes amis expats au Brésil: mon père a récemment envoyé des cadeaux (livres) pour l’anniversaire de jumeaux en utilisant Amazone et c’est arrivé en un temps record de (tenez vous bien) 10 jours! Incroyable, mais vrai. Je n’ose tout de même pas demander un nouvel appareil photo, faut pas pousser ma chance, pourtant le mien c’est de la merde. Le prix de la technologie ici est vraiment hors d’atteinte, alors pour l’instant je rêve de pouvoir capturer les oiseaux et les paysages magnifiques que je vois tous les jours.

Pour parler d’autre chose, les cours d’anglais vont très bien. J’ai des nouveaux élèves toutes les semaines depuis que j’ai commencé. C’est vraiment encourageant, mais pour l’instant je suis encore en train de m’ajuster à la manière brésilienne de faire les choses. Laissez-moi illustrer:

Leçon 1 : 2 étudiants

Leçon 2 : 5 étudiants (youpie!)

Leçon 3 : 1 nouvel étudiant, mais déjà 1 absent (ça commence bien), donc encore 5 étudiants en classe.

Leçon 4 : encore 1 nouvel étudiant, mais 2 absents, donc toujours 5 étudiants en classe.

Leçon 5 : Tous les 7 élèves finalement présents. Formidable! Sauf que bien qu’ils soient tous adultes, ils parlaient tous en même temps comme des gamins. Au moins je n’ai pas de problème de participation! Ha ha. Soupir.

Heureusement que je leur ai demandé de payer un mois en avance (4 semaines), comme ça si ils n’apparaissent pas en cours je n’ai pas besoin de courir après mon paiement.

Apparement j’aurai encore un nouvel étudiant la semaine prochaine, mais je n’y croirai que quand je le verrai. Depuis que j’ai commencé à enseigner ici, il y a eu au moins 4 autres personnes soi-disant intéressées qui n’ont jamais apparu. Toutefois si cette classe continue à grandir, il faudra que je la divise. Je pense que huit élèves est vraiment la limite, sinon on ne s’entendra plus!

gedc1592

 

Francês e tradução

Français, anyone?

Mahie me demande pourquoi je n’écris plus en français sur mon blog. Elle pense que c’est parce que je suis soucieuse d’atteindre le plus grand nombre de lecteurs et tout ça, mais en fait c’est parce que je suis égoïste ET paresseuse ! ha ha

Égoïste parce-que : Je parle français à la maison tous les jours, le portugais à l’extérieur, mais l’anglais presque plus, sauf maintenant pour les cours. Et ça me manque. Beaucoup. Beaucoup, beaucoup, beaucoup. Heureusement que je lis mon Kindle (je lis en grande majorité en anglais) comme une assoiffée au milieu du désert. Tous les films et séries que je regarde sur Y*Tube et N*flix sont aussi tous en VO anglaise. Mais bon, voilà, j’avais décidé d’écrire mon blog (presque) entièrement en anglais.

En plus, les quelques expat au Brésil que je lis sont anglophones (voir liens à côté).

Paresseuse parce qu’en fait je n’écris pas beaucoup, pas assez, pas souvent… Vous avez remarqué? Si je faisais un effort, j’en aurais des histoires à raconter, mais l’air de rien mon horaire quotidien est déjà super chargé. Réveil à 6h, c’est trop tôt pour moi. J’essaye de prendre soin de la maison (je n’aime pas faire le ménage, le rangement moyen, la cuisine ça dépend des jours). J’ai aussi recommencé à pratiquer mon piano. J’aimerai pouvoir accompagner la liturgie à l’église, mais mes doigts sont rouillés et ma lecture à vue au piano a toujours été médiocre (au chant tout va bien, mais quand il sagit de lire 4 voix à la verticale c’est une autre histoire). Et puis je veux faire au moins 30 à 45 minutes d’exercises par jour. Mon poid reste malheureusement le même, mais au moins je suis de meilleure humeur!

Donc avec tout ça si en plus je me dis qu’il faut traduire tout ce que j’écris sur mon blog, et bien ça prendrait trop de temps et je le fairais jamais! Je me connais trop bien!

Mais quand même je remarque que la majorité des visiteurs silencieux sur ce blog viennent de France! (Je peux voir ça dans la page de statistiques de WordPress, je me sens comme une espionne, héhé). Merci beaucoup, même si je ne vous connais pas, c’est sympa de me savoir lue! 🙂