splendide

Vous vous souvenez des journées estivales du début de la semaine passée? Oubliez! Les températures ont chuté de 20°C tout à coup comme ça du jour au lendemain. Par conséquent après avoir passé une journée en compagnie d’une horrible migraine (choquant ?), je m’en suis remise pleinement pour savourer mon temps idéal: plutôt frais (entre 10 et 15 degrés) mais avec un grand soleil splendide!

Je ne me lasse pas d’aller me promener le long de la rivière. En fin de semaine si les enfants râlent trop et ne veulent pas m’accompagner, je les laisse avec leur père et j’y vais toute seule. Parfois je prévois lire assise sur un banc au soleil, mais j’ai réalisé qu’à moins d’avoir un livre audio dans les oreilles, je n’arrive pas à baisser les yeux et me concentrer sur autre chose que la rivière qui brille comme un miroir, ou je me laisse distraire par le délicieux contraste du vent frais sur mon visage et la chaleur du soleil. Et puis, ça fait du bien de ne penser à rien de précis et de laisser son esprit vagabonder! Ça oxygène le cerveau!

J’ai aussi remarqué que certains endroits de la promenade me rapellent des scènes précises des livres audio que j’écoutais en passant par là il y a quelques mois; une sorte de mémoire des lieux s’est installée sans m’en rende compte qui donne une dimension de plus à mes déambulations. 😊

musique physique thérapeutique

Après plusieurs jours de températures quasi hivernales (je regrettais un peu d’avoir déjà lavé et gardé les manteaux d’hivers au fond du placard), nous sommes passés à 25°C aujourd’hui! Pour célébrer, les madames ont terminé les cours enligne et libéré les enfants en avance “pour profiter du beau temps”. Je ne sais pas si toutes les madames de la ville s’étaient donné le mot, mais en effet le parc était très joyeux cet après-midi. Car oui (bon j’ai perdu le compte mais) pour la sortie à vélo n°34582905 nous sommes allés, tenez vous bien… au parc Mic Mac! Surprenant? Hahahaaaaaaa! (Je sais pas vous mais malgrès la chance inouïe d’avoir plein de parcs autour de chez nous, j’en ai maaarre de voir les mêmes parcs!) (mais je suis peut-être un peu de mauvaise foi parce que ces jours-ci, même si je parcours les mêmes chemins, il y a toujours des nouvelles fleurs ou des arbres avec des nouvelles feuilles, les couleurs sont éblouissantes, bref c’est très joli!).

Plus tôt dans la journée, j’ai aussi marché jusqu’au Dollarama du quartier pour acheter, entre autres choses, une ampoule pour le plafonnier de la cuisine (y’en a une qui a grillé). Incertaine que ce soit un item jugé “essentiel”, je m’imaginais déjà passer un mois à laver la vaisselle dans une semi-clarté (rendant le nécessaire tout à fait détestable). Finalement (ouf !) , j’ai trouvé sans trop de problème. J’ai été surprise de constater que les ustensiles de cuisine ne sont pas essentiels, ni les rideaux de douche (le mien est tout moisi et je ne peux donc pas le remplacer avant la fin de ce dernier confinementdemerde), par contre les biscuits, les bonbons, les chocolats on y a droit ! Vive le diabète ! (Si on meurt pas de covid, ça sera de dépression et d’obésité !)

Bref, entre la p’tite marche et le pédalage, je suis satisfaite. En plus, pour bien terminer ma journée je me suis régalée avec une longue scéance de flûte à bec. Jouer de la musique, c’est définitivement un exercise physique et thérapeutique! 😆

Captain James Agnihotri

(jour 13 : 1h45)

Dimanche. J’avais hâte de me retrouver avec mon audio lecture du moment alors j’ai marché plus loin que d’habitude le long du Riverfront Trail pour faire dûrer le plaisir. Il faisait beau et les chapitres que j’écoutais étaient particulièrement captivants (le protagoniste voyage de Mumbai jusqu’à Lahore, plusieurs jours en train, mais à son arrivée des troubles civils éclatent à Lahore et il est obligé de repartir presqu’aussitôt à pied… Aventures et mésaventures dans l’Inde de l’époque coloniale. C’est passionant! ).

J’ai marché presque deux heures sans m’en rendre compte.

*

(jour 14 : 1h30)

Lundi. Aujourd’hui, réveil de bonne heure pour la journée d’instruction en-ligne des garçons. Nous n’étions pas très sûrs comment ça allait fonctionner et les enseignantes non plus d’ailleurs. Elles ont envoyé quelques exercices à compléter, qu’ils corrigeront demain “en classe” et se sont donné le reste de la journée pour s’organiser. Heureusement les enfants avaient terminé leur devoirs avant midi.

On a pu profiter du beau temps pour longer à vélo tout le Riverfront Trail aller-retour (oui, encore). Ça fait tellement du bien le soleil! Le vent dans le visage! L’eau! Les arbres fleuris! Les pétales qui s’envolent! Les tulipes multicolores!

Ojibway

(jour 11 : 1h)

Vendredi. Sortie au parc Mic Mac qui a beaucoup ressemblé celle d’il y a quelques jours (jour 8). Les enfants étaient avec moi et ils ont préféré rester à s’amuser dans la première partie du parc pendant que je fais la grande boucle avec mon livre audio dans les oreilles (que j’aime de plus en plus).

*

(jour 12 : entre 1h30 et 2h)

Samedi. Ce matin, réveil tardif mais joyeux puisque le soleil faisait enfin son apparition après plusieurs jours de cache-cache avec les nuages. Je n’avais pas encore bu mon thé quotidien que j’étais déjà en train de planifier ma journée : ma copine des promenades matinales (maintenant abolies, bouh! 😥) me propose d’aller les rejoindre (elle et ses filles) au parc Ojibway (la forêt). Youpie, quelle bonne idée!

J’ai été très amusée de voir la fillette de six ans prendre sa place parmis mes garçons de neuf et dix ans. Il faut dire qu’ils prennent le même autobus d’école, alors ça crée en sentiment d’appartenance irréfutable? (Mes fils ont l’air de connaître les prénoms de tous les enfants qui montent dans l’autobus quelque soit leur âge… Est-ce normal ou sont-ils particulièrement sociables?)

J’ai aussi été agréablement surprise de les entendre tous parler en anglais entre eux… Pourtant ils vont tous à l’école francophone! 🤔 Moi qui m’inquiétait un peu de la répartition égale des deux langues officielles pour qu’ils soient véritablement bilingues (français/anglais)… On dirait que par le simple fait de vivre en Ontario, les enfants parlent en anglais dans la cour d’école!

bruine

Le pont en construction, entre 1927 et 1929.

(jour 10 : 1h45)

Bah, il faisait pas beau, il faisait froid, il pleuviotait, mais comme je n’ai pas vraiment fait de vraie promenade hier, j’ai mis ma veste avec capuche, le livre audio dans les oreilles (pour créer ma bulle) et dès que D s’est réveillé (il travaille de soir, donc il dors jusque tard le matin — pour limiter les bruits, soit je sors me promener avec les enfants ce qui demande une dose extra de motivation de ma part, soit j’attend qu’il se réveille parce que je ne peux pas laisser les enfants sans supervision sinon ils créent un foutoir d’enfer!)… Le moment venu je me suis donc précipitée dehors comme si le soleil m’attendait, alors que non en fait il faisait moche!

Mais bon, je me sentais coupable de la fausse excuse d’hier… Pour me rattraper, j’ai marché, marché, marché en déambulant dans les rues résidentielles du quartier de l’université (de l’autre côté du pont vers le centre-ville). La plupart des maisons sont des constructions plus anciennes, plus à mon goût que les constructions récentes, mais malheureusement en majorité réaménagées en logement d’étudiants. Elles sont belles mais souvent mal entretenues. Ces jours-ci je suppose qu’elles sont à moitié vides… Moi j’imagine toutes les améliorations que je ferais si j’avais les moyens d’investir dans l’immobilier 🤩

Voici la maison que je voulais acheter l’année passée avec mon argent imaginaire. (mai 2020)

echo

(jour 8 : 1h à pied)

Mardi. Il faisait un peu frais, venteux, mais un superbe soleil apparaissait dès que les nuages dégageaient. Cette fois-ci, deux des trois singes étaient punis d’ordi alors ça n’a pas été trop difficile de les faire sortir avec moi. Ils ont tous les trois préféré aller jusqu’au parc Mic Mac à vélo. Je suivais derrière à pied avec mon appareil photo et mon livre audio dans les oreilles. En arrivant au parc j’ai fait la grande boucle jusqu’au bout du parc, mais les garçons sont restés sur place pour jouer avec d’autres enfants. Quand je les ai retrouvés ils étaient tous en pleine partie de foot (soccer) improvisé. Ils criaient et riaient… Un moment de bonheur et de normalité dans ce monde étrange!

*

(jour 9: ?)

Mercredi. Aujourd’hui il ne faisait pas très beau. Le temps a encore rafraîchi… J’espère que la tempête de NEIGE qui était à Edmonton samedi (photos de nos amis sur FB et notre chère Dr.Caso à l’appui), puis à l’est de Saskatchewan hier (photos d’autres amis sur FB), n’arrivera pas chez nous dans deux jours (ni jamais en fait, non mais oh non quoi ouste! byebye! go away!) 😨

Pour le petit-déjeuner, les enfants n’ont pas encore maîtrisé l’art de se faire des tartines de confiture sans laisser des souvenirs collants sur toutes les surfaces. Alors comme j’en avais marre, je suis allée acheter un gros tas de céréales pour les prochains jours…

Plus tard, j’ai appri que le premier de l’Ontario vient de contredire ces propos d’il y a moins d’une semaine quand il a assuré que le gouvernement ferait tout son possible pour que les écoles restent ouvertes malgrès le confinement. Le gouvernement de l’Ontario vient d’annoncer que tous les élèves feront l’école en ligne après leur semaine de congé… Ça me frustre d’avoir perdu ma routine de chaque matin (aller me promener dès que les enfants partent à l’école) et de devoir en trouver une autre pour les semaines à venir.

Je n’ai pas fait de longue promenade, mais je suis quand même allée chercher des livres (des bandes-dessinées) qui venaient d’arriver pour les enfants à la bibliothèque. (On commande les livres qu’on veut sur le site du réseau de bibliotèque de la ville et on reçoit un email quand ils sont prêts).

des feuilles et des fleurs

(jour 7 : 1h à pied)

Les enfants ont une semaine de congés : le “March Break” qui a été reporté au mois d’avril… Donc quand D est parti travailler (il a un horaire de soir), nous sommes sortis tous les quatres faire un tour dans le quartier. Il ne pleuvait pas, mais je ne voulais pas nous aventurer trop loin de peur qu’on se fasse arroser trop loin de la maison. Aussi, la bibliothéquaire nous avait avertit qu’ils allaient distribuer des kits d’activités pour les enfants aujourd’hui. Et puis, je voulais prendre des photos des feuilles et des fleurs qui apparaissent et disparaissent d’un jour à l’autre (surtout à cause des pluies).