Tristeza não tem fim…

  • Comment vous tenez-vous au courant des nouvelles? Quel genre de nouvelles vous intéressent le plus?

Quand j’habitais chez mes parents (il y a très longtemps), mon père avait la facheuse habitude d’allumer la radio pour écouter les nouvelles le matin pendant le petit-déjeuner. Je trouvais ça extrêmement déprimant ! Un matin je lui ai carrément demandé pourquoi diable il voulait se réveiller tous les jours en écoutant tous les malheurs du monde… Bref. Petite annecdote pour illustrer que j’aime vivre autant que possible dans une sorte d’ignorance béate! ha ha. Mais malgrès tous ces efforts, les actualités viennent à moi, malgrès moi, par le biais de FB. Et quand un évènement m’interpelle (éducation ou évènement artistique), je le googueulise pour en savoir plus…

  • Qu’admirez-vous (ou admiriez-vous) le plus chez votre mère?

Sa sensibilité artistique, ses connaissances des techniques et de l’histoire de l’art. Elle est aussi une excellente pédagogue.

  • Quel a été le premier job de votre vie?

À 16 ans, j’ai fait du baby-sitting. À 17 ans, j’étais monitrice dans un camp d’été (au Québec, c’est comme ça qu’on appelle les “colonies de vacances”).

  • Quelle est la dernière chose que vous avez achetée?

Rien de bien intéressant. Je suis allée au supermarché samedi…

  • Quelle est la chose la plus triste que vous avez appris cette semaine?

Pas triste, mais c’est la panique à la bord parce que nos propriétaires nous ont annoncé qu’ils vont vendre la maison… Alors on s’est prit une grosse claque de réalité dans la gueule parce qu’on s’est rendu compte que dans la région le prix du marché pour les locations est effroyablement élevé par rapport au prix des maisons en vente (notre location actuelle étant bien au-dessous du prix du marché) (si nous avions des économies, il serait beaucoup moins cher d’acheter que de louer! Mais bien sûr, nous avons 0 économies). Notre situation économique étant précaire, nous espérions qu’elle s’améliore avant de subir un tel scénario. Nous courons dans tous les sens pour trouver de l’aide, du logement, de l’emploi… Stress, insomnies, grippe.

  • Êtes vous heureux? Pourriez vous l’être plus?

Y a-t-il un moment dans la vie où on peut se dire qu’on est 100% heureux? Je me souviens qu’en arrivant au Brésil après avoir tant rêvé d’aller y vivre, ma belle-mère et moi avons pleuré de joie dans les bras l’une de l’autre en se revoyant à l’aéroport. Mais en même temps, pendant plusieurs semaines il y a avait tant d’incertitudes par rapport à où exactement nous allions vivre et combien de temps il nous faudrait attendre pour le savoir que ça gâchait un peu le plaisir… Similairement, notre situation actuelle n’est pas joyeuse, et pourtant, malgrès tout, je peux affirmer que j’ai un mariage heureux et des enfants en santé, alors oui, je suis heureuse.

Tristeza não tem fim
Felicidade sim

A felicidade é como a pluma
Que o vento vai levando pelo ar
Voa tão leve
Mas tem a vida breve
Precisa que haja vento sem parar

A felicidade do pobre parece
A grande ilusão do carnaval
A gente trabalha o ano inteiro
Por um momento de sonho
Pra fazer a fantasia
De rei ou de pirata ou jardineira
E tudo se acabar na quarta-feira

Tristeza não tem fim
Felicidade sim

A felicidade é como a gota
De orvalho numa pétala de flor
Brilha tranquila
Depois de leve oscila
E cai como uma lágrima de amor

A minha felicidade está sonhando
Nos olhos da minha namorada
É como esta noite
Passando, passando
Em busca da madrugada
Falem baixo, por favor
Pra que ela acorde alegre como o dia
Oferecendo beijos de amor

***

Réponse aux souvenirs de Dr. Caso.

Anúncios

La colline de genêts fleuris

Ça fait deux semaines que je ne réponds pas aux questions hebdomadaires parce que j’ai trop de trucs dans ma tête ! D’un côté c’est un truc vachement chouette: un projet qui a besoin de bourgeonner un peu plus, dont je vous en dirais plus quand ça deviendra réalité. Mais l’autre truc est extrèmement désagréable, préoccupant et stressant dont je parlerai peut-être quand ça sera résolu parce qu’en ce moment je vacille entre la panique et le désespoir…

  • Quel est un de vos meilleurs souvenirs d’enfance?

Les moments à lire cachée sur les branches du prunier (je me cachais de mon père parce qu’il trouvait que je lisais trop) ou sur la colline entourée de genêts en fleur (au printemps la colline derrière chez nous se couvrait d’un tapis jaune de genêts en fleur, c’était magnifique et d’un parfum ennivrant).

  • Quel genre de caractère avez-vous? Plutôt zen ou plutôt énergique? Cool ou stressé? Facilement énervé ou facilement ennuyé? Passif ou actif?

J’aime lire et faire les choses calmement à mon rythme, mais j’ai aussi besoin de variété sinon ça me donne une sensation de claustrophobie. J’ai besoin de faire ma petite promenade une fois par jour (en changeant de trajet) ou au moins sortir de la maison pour changer d’air.

  • Si vous deviez changer vos habitudes, qu’est-ce qui serait le plus difficile d’arrêter?

Boire du thé. Je bois du thé toute la journée (sans lait, sans sucre). Du thé noir au réveil, puis toutes sortes de variations pendant la journée, du thé vert, rooibos, tisanes, maté, etc.

  • Si vous pouviez poser trois questions à votre animal de compagnie (ou à n’importe quel animal), quelles seraient ces questions?

Charlottette, ma chatounette, tu m’aimes ou tu fais semblant? Là c’est toi qui réchauffe mes genoux, ou c’est toi qui te chauffe? Le matin quand tu me parles, c’est quoi que tu me racontes?

  • Est-ce que vous pouvez porter vos fringues plus d’une fois de suite ou devez-vous absolument les laver après chaque utilisation?

Les culottes, chaussettes et hauts (t-shirts manches courtes, longues ou chemises), je les lave après chaque utilisation. Par contre le reste, pantalons et pulls, je les lave quand c’est taché ou que… ça commence à sentir le pas frais!

  • Est-ce que vous vous êtes déjà cassé quelque chose ou blessé sérieusement? Comment?

Je n’ai jamais rien cassé, par contre je me tors la cheville assez facilement si je suis fatiguée et stressée.

  • Quand vous étiez enfant, est-ce que vous vous entendiez bien avec vos frères/soeurs?

Non. Ma mère dit que oui, mais je pense parfois qu’elle vit dans un monde parallèle ! Mon frère a toujours été très préoccupé de ce que pensaient “les autres” et d’avoir l’air cool (surtout à l’adolescence), tout le contraire de moi qui voulait être chanteuse d’opéra (l’antithèse de “cool”, on est d’accord?). Il n’aimait pas que je m’associe avec “ses” amis, même si ce n’était que pour être polie… Par contre moi j’ai toujours pensé que plus on est de fous, plus on rit, donc j’aimais bien présenter mes amis à d’autres amis, à mes voisins, à mes cousins, à ma famille… tout ça quoi.

  • Quel sont vos fromages préférés?

J’aime le fromage de chèvre à pâte molle.

  • Quel est votre personnage fictif préféré (dans la littérature, les films, les séries, etc.)?

Il y en a beaucoup, mais en pensant vite là, je dis : Hercule Poirot. Méticuleux, étrange, drôle. (Pas sexy du tout et complètement anti-athlétique!)

  • Vous êtes à la plage. Quelle est la première chose que vous faites?

Je cours à toute vitesse vers les vagues en criant de joie !

***

Questions de ma copinaute Dr.Caso ici et .

Ni de près, ni de loin

  • Qui est une personne que vous aimez beaucoup? Pourquoi?

Mon mari, bien sûr. Parce qu’il me fait rire quand j’en ai besoin, parce qu’il est patient quand je suis impatiente et impatient quand je peux être patiente à sa place, parce qu’il m’aime telle que je suis, malgrès tous mes défauts (c’est une chanson de Goldman ça, non?), et moi aussi je l’aimeeeuh.

  • Si la magie marchait réellement et que vous étiez magicienne/magicien, quel tour de magie feriez-vous en premier?

Nettoyage instantanné de toute la maison. C’est pas complètement crade, mais je me sentirais mieux avec un bon nettoyage de printemps.

  • Pourquoi avez-vous choisi le métier que vous exercez aujourd’hui ? Le recommanderiez-vous à votre enfant?

J’ai choisit mon métier parce que je voulais faire quelque chose d’intéressant, avoir la flexibilité de mes propres horaires, et pouvoir garder la job (et les clients) avec moi si jamais on déménage (il y a presque un an, j’avais expliqué en anglais tout ça là). Oui, je le recommanderais à mes enfants si ça les intéresse.

  • Avez-vous déjà eu 15 minutes de gloire?

J’en ai eu plusieurs fois puisque j’ai étudié pour être chanteuse d’opéra. En fait même plusieurs 15 minutes, sur scène en récitals, concerts, spectacles… J’ai aussi dansé le tango argentin et après chaque fin de session pendant une soirée nous donnions des démonstrations. Ceux qui le souhaitait passaient en paire devant le reste des élèves de l’école et autres habitués des milongas (soirées de tango). Un tango ne dûre typiquement que 3 à 5 minutes, mais je me souviens d’un jour où j’ai dansé trois fois devant le petit public de tangueros:

  1. Un tango que j’avais répété avec mon partenaire habituel, “Fumando Espero”,
  2. puis un tango-vals avec un autre ami (un compositeur qui avait composé la-dite chanson, je l’avais chantée, et nous l’avions enregistrée dans son studio chez lui et répété ensemble la chorégraphie),
  3. et enfin, mon partenaire habituel avait voulu re-danser une improvisation sur “La Yumba” parce qu’il était frustré d’avoir été trop nerveux pour le premier tango… (Il avait raison, la deuxième fois avait été bien meilleure !)

Ça avait été une soirée vachement réussie. En fait j’ai eu beaucoup de soirées réussies pendant mon époque tango !

  • Quelle a été la première chose que vous avez acheté avec votre première grosse rentrée d’argent?

Quand j’étais étudiante et que je travaillais pendant l’été pour économiser, je ne gagnais pas beaucoup d’argent et c’était pour me payer mes sorties ou quelques habits (un imperméable, des chaussures de tango, une robe de concert) dont j’avais envie pendant l’année scolaire. Par contre je me souviens qu’une année ou deux après être mariés, nous avons reçu pour la première fois un retour d’impôt qui avait été une fort agréable surprise et qui nous a permis d’acheter notre piano ! (Ce qui m’a par la suite permis d’enseigner des élèves à la maison).

  • Si votre vie était un film, quel acteur jouerait votre rôle?

Probablement une actrice inconnue (mais très talentueuse ! ha ha) parce qu’on ne m’a jamais dit que je ressemblais à quelqu’un de connu, ni de près, ni de loin !

***

Merci à Dr. Caso, pour ses questions hebdomadaires! Si ça continue comme ça, vous allez avoir une bonne connaissance de tango, ô mes lecteurs adorés ! 😉

Underground Railroad

  • Si une grosse catastrophe allait arriver et que vous ne pouviez garder que cinq objets, quels seraient-ils ?

voiture, vélo (x5), chaussures (x5) , passport (x5), Kindle (ça c’est le mien, les autres démerdez-vous pour porter vos propres bouquins) 😉

  • Quels sont les compliments que vous avez reçus qui vous ont le plus touché(e)?

En général, je n’aime pas trop les phrases motivationelles que l’on peut acheter dans les supermarchés, mais un jour une élève de musique m’a offert une plaque avec écrit: “Teachers live forever in the hearts they touch”… et ça m’a touchée. En fait si on me dit que je suis belle ou intelligente ou que j’ai une belle voix, ça fait plaisir mais je m’en fous un peu. Par contre quand on me dit que ce que j’ai fait ou enseigné a fait une différence (pour le mieux) dans la vie d’une autre personne, là oui je me sens valorisée.

  • De quoi avez-vous le plus peur?

De perdre mon mari ou mes enfants. (Je n’ose même pas penser aux possibilités de catastrophes parce que mon imagination n’a pas de limites et ça me donne des attaques de paniques).

  • Quelle est votre plus grande source de stress?

(Éh bé, c’est pas rigolo ces questions!)

Mes parents me stressent. Nos conversations sur Skype sont toxiques.

Dernièrement ma mère était stressée à cause de son déménagement qui n’arrive pas, et quand j’ai voulu la rassurer pour lui remonter le moral, elle n’était pas contente que je ne sois pas aussi malheureuse qu’elle et elle s’est mise à me reprocher tous mes choix de vie… J’ai fini par lui racrocher au nez ! Silence radio pendant 3 semaines.

Et ils s’étonnent encore que nous ne voulons pas aller vivre en France… Heureusement qu’ils habitent sur un autre continent, ça limite les dégats.

  • S’il fallait que vous ne mangiez qu’une seule chose pendant un mois, que choisiriez-vous?

Du yogourt à la vanille.

(J’allais dire “oeuf dûr” parce qu’en soi c’est un aliment assez nutritif, et en plus c’est pratique ça se conserve longtemps, mais bon c’est quand même un peu difficile à avaler à sec comme ça un oeuf dûr tout seul sans rien d’autre pendant 1 mois…)

  • Quel est le plus bel endroit où vous soyez allé?

De ma mémoire d’enfance : Els Encantats. Parc national dans les pyrénées espagnoles. Grand soleil, air pur d’altitude, aucun bruit, seuls les cloches des moutons et le gargouillis des ruisseaux.

De ma mémoire de maman : Ubatuba. Notre unique journée à la plage, en famille, dans les cinq ans où nous avons vécus au Brésil…

  • Qu’est-ce que vous avez fait de sympa ce weekend?

Dimanche après l’église, nous avons été invités au restaurant par de nouveaux amis, canadiens d’origines variées (comme tous les canadiens) (dont un couple de finlandais ! — ça c’est moins courant, mais apparement il y a une communauté finlandaise dans la région). Nous avons eu des conversations intéressantes et les enfants ne nous ont pas trop interrompus ! J’ai été surprise d’apprendre que la petite ville et sa région (que nous visitons 2 fois par mois) faisait partie de l’Underground Railroad au 18e siècle… Je ne savais pas que le réseau des abolitionistes était monté jusqu’au Canada. J’ai aussi prit note de quelques suggestions de romans historiques à ce sujet.

***

Encore merci, à Dr. Caso pour ces questions indiscrètes ! 😉

Time Sensitive Information

  • Quel est votre meilleur souvenir de la semaine qui vient de se terminer?

Lundi, mardi, je ne me souviens plus de rien. Mercredi, les autobus de l’école étaient annulés pour cause de… (neige? glace? vent? Je sais plus), donc les enfants étaient à la maison et pour moi travailler a été… un défi. Jeudi, on m’a appelé de l’école parce que Natanael a dégobillé tout ce qu’il avait dans l’estomac, donc je suis allée le chercher avant midi. Vendredi, il est resté à la maison. Samedi matin, cours de natation. Dimanche, une heure de route pour aller à l’église (D est pasteur 2 fois par mois dans une église de la région). Donc je ne vois pas trop qu’est-ce qui se démarque comme “meilleur souvenir”, je ne vois qu’un espèce de brouillard de choses et d’autres.

Sauf peut-être : j’ai enfin terminé mon cinquième livre audio ! Youpie ! (Présentement en post-production).

Et aussi, ma cheville se dégonfle lentement. J’ai pû remettre mes bottes (la semaine passée je ne pouvais mettre que mes basquettes), donc ça aussi c’est chouette !

Et aussi, j’ai fini de lire un bon bouquin que j’ai vraiment aimé, Vinegar Girl d’Anne Tyler (une adaptation de The Turning of the Shrew de Shakespeare).

  • Quelle célébrité (vivante) admirez-vous? Pourquoi?

J’admire le travail de beaucoup d’artistes vivants (acteurs, chanteurs, musiciens, peintres, écrivains, etc.), mais je trouve souvent que je n’admire pas du tout leurs modes de vie, vies privées, ou leurs idées personelles. Alors, disons que mon admiration est compartementalisée !

  • Quelle “petite” décision a eu le plus grand impact dans votre vie?

En 1999, je prenais des cours d’allemand à l’université (une sorte de révision parce que ça avait été ma première langue étrangère en France, puis j’avais suivi un semestre de cours plus tard au Cégep) et comme je voulais me motiver le plus possible (en plus de traduire les poèmes de Goethe et les Lieder de Schubert, Brahms, et Wolff que je chantais), j’ai décidé de mettre une petite annonce dans un forum (Franco-allemand pour la jeunesse,  un truc comme ça) : Canadienne franco-argentine, qui aime voyager et la musique classique, cherche quelqu’un pour communiquer en allemand. Je me suis dit qu’avec de telles spécifications, il n’y aurait pas beaucoup de jeunes qui auraient les mêmes intérêts que moi dans ce forum. Une sélection naturelle. J’avais raison, puisqu’une seule personne m’a répondu et c’était ma super-copine A.

(la suite de l’histoire plus bas, en réponse à une autre question)

  • Quelle est la dernière amende que vous avez reçue, ou la dernière fois que la police vous a arrêté?

Ouh là, ça fait super longtemps ! Nous nous sommes fait arrêtés 3 fois pour excès de vitesse AU MÊME ENDROIT dans une avenue en ligne droite quand nous habitions au Niagara. Les policiers se cachaient derrière un arbre en bas de la pente parce qu’il était juste trop facile d’aller plus vite que la limite de vitesse à cet endroit. Par contre, la troisième fois, j’étais prête à contester l’amende parce que c’était juste ridicule (je pense que nous étions seulement 5 km/h au dessus de la limite règlementaire), mais quand je suis allée au bureau de réclamation, le policier n’avait même pas enregistré l’amende qu’il nous avait donné !

Sinon, au Brésil j’ai conduit pendant plusieurs années sans permis valide et heureusement que je ne me suis jamais fait arrêtée parce que là j’aurais été dans la merde !

  • Quel âge penseriez-vous que vous avez, si vous ne saviez pas quel âge vous avez?

J’ai du mal à réaliser que les années 2000 c’était il y a presque 20 ans… Dans ma tête, je suis restée bloquée dans ma vingtaine. Quand on me dit : “Dans les années ’90”, je pense automatiquement que ça fait dix ans… Mais en fait, non. Par contre, comme les enfants grandissent, ils sont le rappel quotidien que le temps passe… Et qu’en réalité, je fais bien  mes 38 ans, quoi !

  • Avez-vous déjà rencontré des gens in real life après les avoir rencontrés sur internet (sites romantiques, blogs, forums, etc)?

Oui !

Au début de l’internet, il n’y avait pas FB, je ne connaissais pas les blogs, mais j’ai correspondu pendant un an par email avec mon amie A., avant de se rencontrer pour de vrai en Allemagne, quand j’y suis allée comme au-pair pour la première fois. Ma famille hôtesse n’habitait pas trop loin de sa ville et pendant ma première journée de libre je suis allée la visiter. J’ai tout de suite rencontré sa famille (ses parents et son frère) parce qu’ils se demandaient quelle genre de personne étrange A. avait bien pû rencontrer par internet… Finalement, on était tous enchantés ! Surtout quand je leur ai dit que j’étudiais l’opéra et que je venais d’être admise au conservatoire. A. est allée chercher son CD de l’opéra Carmen pour que je chante par dessus la chanteuse !  ha ha. Plus tard, A. c’est mise au piano et je leur ai encore chanté quelques trucs ! C’était super. Ensuite, je suis retournée les visiter plusieurs fois, A. et moi avons voyagé ensemble jusqu’à Munich, elle est venue au Canada l’année suivante, nous avons fait un voyage jusqu’à la ville de Québec, Tadoussac (on a vu des bélugas), tout ça, je suis retournée en Allemagne l’année d’après, puis elle était présente à mon mariage à Montréal l’année qui a suivit !

Je regrette beaucoup d’avoir perdu le contact avec elle et sa famille. (Ils n’ont pas FB). J’ai parlé avec A. sur Skype il y a plusieurs mois, mais ça faisait des années qu’on ne se donnait pas de nouvelles…

Ensuite il y a aussi les deux familles allemandes chez qui je suis allée faire au-pair pendant deux étés. Je les avais trouvés grâce à des sites pour au-pair. Je suis bien tombée les deux fois, ils étaient tous très sympatiques.

J’ai aussi rencontré deux correspondants italiens. Celui de Turin était un étudiant en architecture, super sympa et intéressant en vrai aussi. Par contre l’autre à Rome, plus âgé, n’était pas aussi sympatique en vrai qu’en correspondance. Nous nous sommes vus un soir, mais c’était un supplice, le courant ne passait pas, je ne l’ai pas rapellé.

Après ces aventures, je me suis calmée pour les rencontres en vrai. Des années plus tard, ma copinaute bloguesque Dr.Caso est venue nous rendre visite une fois quand nous vivions au Niagara, mais c’est il y a très longtemps maintenant.

***

Merci pour ces questions à Dr.Caso, ma blogueuse célèbre préférée! 😉

e che sospiri la libertà

Voici la réponse bloguesque hebdomadaire de ma copinaute.

  • Quelles activités avez-vous mises de côté par manque de temps, d’argent, ou d’énergie, récemment?

C’est pas vraiment récent, mais ça fait un moment que je n’ai rien fait de créatif avec ma machine à coudre, j’ai un gros tas de tissus et d’idées qui m’attendent, mais je n’ai pas le temps…

Et puis demain ça va faire 3 mardis que je ne suis pas allée à mon cours aquatique parce que : Le mardi d’il y a 3 semaines il y a eu une tempête de verglas alors les bus scolaires étaient annulés, les enfants sont donc restés à la maison, et c’était vraiment dangeureux de s’aventurer dehors, la semaine passée je me suis effectivement tordu la cheville en glissant sur une plaque de glace, et cette semaine je ne sais pas si je serais assez en forme pour y aller demain… Ma cheville va mieux, mais je n’arrive pas encore à marcher normalement sans béquilles.

  • Quelle est la citation qui vous inspire le plus?

“I think that the most necessary quality for any person to have is imagination. It makes people able to put themselves in other people’s places. It makes them kind and sympathetic and understanding.”

― Jean Webster, Daddy-Long-Legs

  • Si la durée de vie moyenne d’un être humain passait à 50 ans, que changeriez-vous à la façon dont vous vivez aujourd’hui?

Euh? Pas grand chose? (Nous n’avons pas d’argent pour partir en vacances jusqu’à la fin de nos vies, donc j’vois pas où on irait)…

  • Si vous deviez obligatoirement aller vivre dans un autre pays, lequel serait-ce et pourquoi?

Moi j’en ai marre de changer de pays, mais je supporterais quand même de changer de province si il fallait obligatoirement vivre ailleur (les provinces Maritimes m’intriguent). Par contre, si je pouvais faire déménager mes beaux-parents, je les ferais venir vivre au Canada en éliminant toutes les complications de vendre leur maison, trier leurs choses, etc.

  • Quelle chanson (ou morceau de musique) avez-vous récemment fredonné?

Lascia ch’io pianga mia cruda sorte, e che sospiri la libertà. 

  • Qu’est-ce que vous savez cuisiner de meilleur?

Au Brésil, je cuisinais presque tous les jours le plat national arroz / feijão (riz et haricots) qui a le grand avantage d’être très bon marché et nutritif. En plus comme on en fait tous les jours (ou dumoins plusieurs fois par semaine), ça s’améliore avec l’expérience! Mais ici je n’ai pas (encore) de casserole à pression (ça ne se trouve pas aussi facilement qu’au Brésil) et je n’ai pas fait de haricots depuis longtemps (les gens ici achètent les haricots en boîte, ce qui est vachement beurk pour qui en a mangé frais pendant 5 ans).

Sinon il y a aussi le gâteau à la banane que j’ai fait tellement de fois que je pourrais le faire les yeux fermés… Idem pour le gâteau de carottes auquel je ne rajoute pas de glaçage ou cream cheese frosting (trop sucré à mon goût) par dessus, mais des grains de sésames.

Et puis, mes hommes carnivores aiment cette recette de meat loaf  qui disparaît bien vite à chaque fois qu’il sort du four… facile, savoureux et juteux.

Souvenirs revisités

Cette semaine, il semblerait que de l’autre côté du Canada, Dr. Caso soit tout aussi mal en point que moi, ou peut-être plus, alors les questions hebdomadaires sont posées par ces lecteurs dans les commentaires !

  • Quel métier rêvais-tu de faire étant enfant ?

J’ai toujours rêvé de devenir chanteuse. Quand j’étais enfant ma mère avait une cassette avec des extrait de l’opéra Carmen de Bizet et je connaissais toutes les paroles. J’ai aussi brièvement voulu être saltimbanque ou équilibriste dans un cirque, parce que j’avais été impressionnée par des spectacles. Et aussi infirmière pour Médecins Sans Frontières parce que je voulais voyager, mais après m’être évanouie à la suite d’une vaccination j’ai vite réalisé que j’avais peur des piqûres et j’ai changé d’avis ! Non, vraiment, pour moi l’opéra, forme d’art suprême, était une passion et devenir artiste lyrique, le métier idéal.

  • Si tu pouvais apprendre n’importe qu’elle autre langue (que tu ne connais pas déjà), ça serait laquelle?

Le russe. Nous avons de très chers amis russes (dont nos filleuls et filleules) alors ça serait une très bonne motivation pour apprendre leur langue. J’avais commencé à apprendre (bien avant de les connaitre, quand j’envisageais apprendre des rôles pour mezzo dans les opéras russes), mais l’alphabet cyrillique est un obstacle qui demande beaucoup de temps à maîtriser. Alors je ne suis pas allée bien loin.

Le japonais. Là aussi le système d’écriture serait un grand obstacle à surmonter, mais je crois que la culture japonais est quelque chose que j’aimerais connaître mieux.

  • Pour quelle raison vis-tu là où tu vis actuellement ?

Et bien justement à cause (ou grâce) à nos amis russes qui habitaient déjà ici. Ils nous ont beaucoup aidé quand nous voulions revenir au Canada.

  • Dans la perspective d’une décennie, quel est ton projet de vie ?

Nos projets ont tellement changé ces dernières années, que ça m’angoisse un peu de penser à d’ici 10 ans… Mais j’espère enfin avoir une maison, continuer à avoir des projets professionels qui m’intéressent, que mon mari aussi ai une activité satisfaisante, et bien sûr que nos enfants grandissent et apprennent des tas de choses.

  • Si tu devais apprendre un nouvel instrument de musique, quel serait-il ?

J’aimerai ré-apprendre le piano, ne plus avoir besoin de me dérouiller les doigts, et de m’y mettre pour de vrai comme quand j’avais 17 ans ! 🙂

Ou alors le bandonéon !