Dança da solidão

  • Quel est le premier voyage dont vous vous souvenez réellement, de votre enfance?

De mes souvenirs les plus anciens, je ne suis jamais sûre si les images que j’ai dans ma mémoire sont miennes ou si se sont des souvenirs des photos (ou diapositives) que mes parents m’ont montré au fil des années. Pourtant je suis sûre que certains souvenirs d’un voyage que nous avions fait en famille sont bien les miens : mes parents s’étaient fait voler leur appareil photo en fin de séjour… Donc il n’y a aucune photo de ce voyage. Quand j’avais 5-6 ans, à l’époque où nous habitions à Hong-Kong, nous sommes allés passer des vacances aux Philippines. Je me souviens très bien d’une chambre d’hôtel près de l’aéroport de Manila où mon père devait assister à une conférence ou une réunion de travail, il faisait chaud et humide et les ventilateurs au plafond ne faisaient aucun effet. Nous avons tenté de faire une sieste comateuse. Mais je me souviens surtout du séjour dans les îles plus sauvages, où nous dormions au bord de la mer, dans des cabanes à pilotis, dans des lits entourés de toiles à moutiques. Le matin, des vendeurs ambulants passaient nous présenter de la nourriture pour le petit-déjeuner et des fruits tropicaux dans des paniers qu’ils transportaient sur leur tête. Mon père et moi (je ne sais pas si mon frère et ma mère étaient avec nous) avions loué un bateau et j’avais pêché (première et seule fois de ma vie) un poisson ange-royal (très beau, mais que je sache pas comestible). Je me souviens aussi avoir prit pour la première fois de ma vie une douche à air libre sous une pluie torentielle tropicale… Je me souviens aussi d’un soir où nous revenions d’un restaurant en marchant sur la plage. C’était la nuit noire, nous étions éclairé à la lumière de la lune, tout à coup mon frère se met à crier et on ne comprend pas ce qui se passe. Je pense qu’il y a des gens qui ont accouru (avec des lampes) et on s’est rendu compte que mon frère s’était fait attaquer par un singe qui lui a griffé la figure! (Mon frère est plus jeune que moi, il devait avoir 3 ou 4 ans).

  • Quelles chansons vous rendent nostalgique d’un moment particulier de votre vie?

Beaucoup de chansons me rappellent des moments particuliers de ma vie. J’ai déjà parlé de la musique populaire québécoise que j’ai découvert pendant mes premières années à Montréal, plus les tangos de mes années où je dansais, la musique MPB (Musica Popular do Brasil — ironiquement n’est pas la plus populaire au Brésil!) que j’écoutais quand je rêvais de vivre au Brésil (dans un Brésil imaginaire qui n’existe pas). Ces jours-ci justement j’aime écouter la douce voix de Marisa Monte.

  • Est-ce qu’il y a des aliments ou des plats que vous détestiez quand vous étiez jeunes et que vous aimez maintenant?

Non, pas vraiment.

  • Est-ce que vous croyez que plus on est âgé et plus on accumule de la sagesse (wisdom)?

Peut-être pas tout le monde, mais j’ose espérer que c’est mon cas! 🙂

  • Quel est l’un de vos plus mauvais souvenirs de vacances?

Je détestais les longs trajets en voiture en famille, avec mon frère dans la banquette arrière avec moi. J’aimais lire tranquille, mais mon frère ne préparait jamais ses occupations et voulait emprunter mon walk-man parce que le sien était cassé (!), ou étirer ses jambes en me faisant un coup dans les molets. On finissait toujours par se disputer, se tirer les cheveux et se lancer des coups de pieds. Mon père devait s’arrêter en bord de route pour gueuler sur tout le monde, c’était un gros bordel ! Et ma mère déclarait: “la prochaine fois, vous partirez sans moi !”.

  • Qu’est-ce qui vous a fait peur, cette semaine?

J’ai accompagné les garçons chez le docteur pour leur visite annuelle. Jusqu’ici tout va bien. Par contre, quand arrive le tour d’Uriel, elle voit quelque chose dans son oreille gauche. Elle pense que c’est de la cire dure, alors elle fait un lavage avec de l’eau tiède… Elle essaye de nettoyer avec son instrument, mais Uriel se met à pleurer. Ça fait mal. La doc me dit qu’elle a réussit à voir le tympan et qu’il n’y a pas d’infection, mais pour l’instant la cire a dû toucher le tympan donc il faut attendre que ça passe. Rien à faire pour l’intant. Elle me conseille d’acheter un produit en pharmacie. Le lendemain matin, je prépare les jumeaux pour aller à l’école, mais Uriel me dit qu’il a encore mal à l’oreille alors je me dépêche d’accompagner ses frères à l’arrêt d’autobus et je reviens vite, inquiète, en me demandant quoi faire. Pourtant il n’y a pas d’infection, ça ne devrait plus faire mal… Bizarre. Bref. Je regarde sur internet quel produit utiliser dans l’oreille pour nettoyer ça. Premier truc c’est du péroxide d’hydrogène, ça tombe bien j’en ai à la maison. Je lui met donc du peroxide dans l’oreille. Ça fait des petites bulles, c’est rigolo. Ensuite avec un coton-tige j’essaye doucement de nettoyer… En effet je vois un truc tout fin qui sort de là… mais c’est un petit fil de coton!?? Je continue à tirer et fini par sortir… Le bout d’un coton-tige entier!!! (tout jaune dégueulasse) J’y crois pas! Combien de temps a-t-il eu ce truc dans l’oreille sans s’en apercevoir? Des semaines? Des mois? Je frissone à penser que ça aurait pû rester là encore longtemps et créer une infection ou (pire!) perte d’ouïe !

***

Réponses aux questions hebdomadaires de Dr. Caso.

Anúncios

Roaming around

We’ve had a very uncertain spring weather so far : one day is cool and sunny (perfect), next day is grey and rainy (meh). It does not stay the same for long. It’s mid-June and I’m still not wearing my summer clothes. I’m actually wearing what I considered “winter clothes” in Brazil : short sleeve T-shits (as opposed to sleeveless shirts) and long jeans (as opposed to capris or skirts).

When the sun suddenly comes out, I have a switch in my brain that tells me that I have to go out and enjoy the weather. I can’t stay still.

On one of such days, I yelled at the men downstairs (most of the time dad and kids are now playing video games in the basement, aka the “man cave”) that I was going out, enjoy the weather, with my bike. Who wants to come with me?

Only Elias came. But that’s just as well, it’s easier to go around and be distracted when I have only one other person to worry about. And he is very pleasant to roam around with, maybe he’ll become my travel companion one day. 🙂

001005007008009010011014017018

Loco de amor

  • Quel genre de nourriture “exotique” aimez-vous le plus?

Sushi japonais, Dim Sum chinois, et phở (soupes) vietnamiennes… J’aime la cuisine asiatique.

  • Qu’est-ce que vous oubliez souvent?

La date d’aujourd’hui. J’ai une assez bonne mémoire pour le jour d’anniversaire de mes proches (amis et famille), mais ça ne me sert pas à grand chose puisque j’oublie très souvent quel jour nous sommes.

  • Avec quelle personne de votre famille (proche ou moins proche) aimez-vous le plus voyager? Pourquoi?

Ça fait très longtemps que je n’ai pas voyagé pour le plaisir (les nombreux déménagements ne comptent absolument pas), mais j’aimerais beaucoup pouvoir le faire avec mon mari. Je pense qu’une escapade loin des préoccupations quotidiennes nous ferait le plus grand bien!

  • Qu’est-ce qui vous a fait rire la semaine dernière?

Je ris très facilement et très souvent pour des niaiseries qui ne font rire que moi: les bêtises de Charlotte ma chatounette, les grimaces de mon mari, les observations loufoques de mes fils.

  • Si quelqu’un vous donnais 50 euros, ou 50 dollars, ou 50 francs suisses, là, mais que vous deviez les dépenser aujourd’hui, qu’en feriez-vous?

Probablement m’acheter un pantalon. Je n’ai plus qu’une seule paire de jeans qui me va, l’autre est mort, et les 2 autres sont trop petits: soit je perd 10 kilos dans les prochains 15 jours (improbable), soit je m’achète au moins un autre pantalon… Je déteste ça. Et j’ai quand même aussi une paire de “yoga pants” confortable, l’autre il faut que je refasse une couture depuis des mois… Donc ça va je peux tenir encore un peu, j’ai pas vraiment besoin d’aller faire un tour dans les magasins, ou alors je devrais sortir ma machine à coudre. Je ne sais pas pourquoi je fais pas ça, tiens, j’aime pourtant bien coudre, mais disons que je ne suis pas inspirée en ce moment! (Et j’ai aussi plein de robes, mais c’est pas pratique pour aller à la piscine à vélo).

  • Racontez-moi un chouette souvenir de vacances à la montagne.

Ça fait vraiment trop longtemps que je n’ai pas eu de vacances et en plus à la montagne ça remonte à mon adolescence, alors bon…

***

Questionnaire hebdomadaire de Dr.Caso. 🙂

***

Aussi, musicalement, j’ai écouté un peu de pop latino (surtout la deuxième chanson — Una flor) dernièrement (découvert de fil en aiguille grâce à Jane the Virgin, une telenovela hilarante sur Netflix).

Tassez-vous de d’là

  • Quelle est la plus grosse bêtise que vous ayez jamais faite, quand vous étiez enfant?

Je ne faisais pas vraiment de grosses bêtises, mais comme j’étais (et je suis toujours) tête en l’air, parfois ma distraction me coûte cher. Je me souviens d’un livre, que m’avait prêté un ami, oublié sur une marche du jardin dehors et que je n’ai retrouvé qu’après une grosse pluie d’été… J’avais tellement honte que je ne l’ai jamais dit à personne, j’ai préféré acheter le même livre en neuf avec mes économies et le rendre comme si rien n’était.

Une autre fois, mon frère, mes cousins et moi sommes allés jouer “à la carrière”, un terrain désaffecté d’où on avait jadis extrait de l’argile pour faire des tuiles, dans les collines derrière chez nous (les mêmes collines des genêts). On y allait souvent pour escalader les parois d’argile (pentes raides avec des creuvisses), ou y cueuillir des mûres sauvages sur les ronces qui poussaient abondamment en bas de la pente. Ce jour-là, mes cousins et mon frère étaient redescendus de la pente avant moi. Il ne me restait que quelques mètres que j’ai décidé de descendre plus vite en courant… Avec l’élan je n’ai pas pû m’arrêter et ai foncé droit dans les ronces ! Heureusement que je suis tombée avec mes bras devant les yeux. Je suis ressortie toute ensanglantée, quelques cicatrices aux poignets et au front, mais rien de grave.

  • Êtes-vous plutôt zen et relaxe ou énergique et super-actif?

Ça dépend des jours. Aujourd’hui il a pluvioté toute la journée alors je suis restée à la maison, mais au moindre rayon de soleil j’ai besoin d’aller faire un tour dehors!

  • D’après vous, quel est le secret d’une relation saine et aimante avec un(e) partenaire/épouse/copain?

La communication. Ne rien laisser dans le non-dit. On fait parfois des choses qui irritent l’autre sans s’en rendre compte, alors il faut être à l’écoute et ne pas laisser les frustrations mariner! Dans mon cas quand il y a quelque chose de travers je n’arrive pas à dormir, alors les mésententes ne peuvent pas dûrer longtemps!

  • Que savez-vous de vos ancêtres? Avez-vous fait un peu (ou beaucoup) de généalogie? Êtes-vous allés très loin?

Du côté de mon père, tout l’arbre généalogique est bien ancré dans le midi de la France. À l’époque de la naissance de mes fils (ses petits-enfants), il s’est brièvement intéressé à retracer l’arbre généalogique, mais je ne sais pas trop jusqu’où il est allé… Du côté de ma mère, comme toutes les familles argentines, c’est un grand mélange. Ces grands-parents (mes arrière-grands-parents) venaient de quatre origines différentes: Iles Canaries, Espagne (Galicia), Italie (Genoa) et Danemark. Un été, il y a très longtemps, nous sommes allés visiter Santiago de Compostela et ma mère en a profité pour visiter les archives du port d’où venait sa grand-mère paternelle, mais nous avons apprit que le nom dans les registres d’origine (en Espagne) était probablement différent du nom dans les register au port d’arrivée (en Argentine). Il est très difficile pour les familles installées dans le Nouveau Monde de retrouver des branches de la famille dans le vieux continent parce que les immigrants changeaient souvent de nom en arrivant dans le Nouveau Monde.

  • Quelle est la chose la plus difficile que vous ayez eu à faire cette semaine?

J’étais encore en état d’après-choc du déménagement. J’ai déballé des cartons et fait des ajustement pour ranger tout nos trucs. Par conséquent, j’ai dû acheter quelques meubles d’occasion que je suis allée chercher à droite à gauche… Je suis encore en train de débattre si je répare les tiroirs d’une commode (qui n’arrive pas à passer par les escaliers trop étroits), ou si j’essaye de m’en débarasser (vendre? donner?) et trouver autre chose qui convient mieux à nos besoins. Heureusement que je suis dans une période creuse entre deux livres audio parce que j’étais/suis vraiment creuvée.

  • Quel genre de musique aimez-vous le plus, en ce moment, et pourquoi? Que pourriez-vous recommander aux lecteurs de ce blog?

Ces jours-ci j’étais nostalgique de mes années Montréal (1996-2004), alors j’ai écouté pas mal de musique québécoise que j’avais découvert avec mes nouveaux amis pendant mes premières années au Canada : Beau Dommage, Jean Leloup, Starmania (l’opéra rock), Les Colocs, Notre Dame de Paris (la comédie musicale)… J’vous met les paroles de “Tassez-vous de d’là” des Colocs. (Pour les francophones non-initiés — le titre veux dire “Poussez-vous de là” — ça commence bien! hi hi) (Sinon y’a aussi des bouts dans une langue que je ne connais pas). Pas aussi transcendant que de la musique classique, mais c’est ben l’fun! 🙂

Tassez-vous de d’là y faut que j’voye mon chum
Ça fait longtemps que j’l’ai pas vu
Y’était parti y’était pas là
La dernière fois que j’y ai parlé
Son cœur était mal amanché
Sa tête était dans un étau y’était pas beau

Y avait d’la coke dans ‘es yeux
Y avait d’l’héro dans l’sang
Y avait tout son corps qu penchait par en avant
Y avait l’goût d’vomir
Y avait envie d’mourir
Qu’est-ce qu’on fait dans ce temps là
Moi j’avais l’goût d’m’enfuir

Je l’ai laissé tout seul au bord de la catastrophe

Pardonne-moé, pardonne-moé
J’ai pas voulu, j’ai pas voulu
Pas voulu t’abandonner dans le moment le plus rough
Je suis le lache des laches pas le tough des tough

Balma balma sama wadji
Khadjalama yonwi
Djeguelma djeguelma sama
Wadji khadjalama yonwi

Moé j’fais mon chemin dans la foule
En espérant qu’une chose c’est voir ton visage
Ou de t’entendre crier :
Avec ta voix immense et ton cœur qui explose
Aidez-moé, aidez-moé

Moé j’fais mon chemin dans la foule
En espérant qu’une chose c’est voir ton visage
Et de t’entendre crier :
J’en ai plein mon casse mais c’pas encore l’overdose
Aidez-moé, aidez-moé

***

Réponses aux questions de Dr. Caso.

Interminable

  • Quelles émissions/séries télévisées regardiez-vous quand vous étiez enfant?

Nous avions une télé, mais nous n’avions pas trop le droit de la regarder… Mon père l’allumait le soir pour le journal télévisé et de temps en temps nous regardions un film le mardi soir pendant les vacances… Je me souviens aussi d’être autorisée à regarder des dessins-animés de Disney (Picsou) le samedi en fin d’après-midi (ou dimanche?), et plus tard à l’adolescence nous avions miraculeusement le droit de regarder un épisode d’une série américaine par semaine, McGyver, puis Beverly Hills 90210, puis Melrose Place.

  • Quelle a été le voyage le plus long (ou loin) que vous ayez jamais fait?

Ma vie entière est un voyage qui ne se termine jamais ! Non mais sans blague, j’ai dû aller vérifier tous les grands vols que j’ai fait de ma vie :

le vol Toronto (YYZ)-São Paulo (GRU) fait 10h

le vol New York (JFK) – Buenos-Aires (EZE) fait 11h (mais je voyageais depuis Montréal, ce qui rajoute probablement 1h30 de vol).

Il n’y a pas de vols directs de Paris à Hong-Kong, et j’étais tellement petite quand j’ai fait ce voyage que je ne me souviens pas du tout où nous avions fait escale, mais tous ce trajet prend environs 20h de vol, donc c’est probablement le voyage le plus lointain que j’ai fait.

  • Qu’est-ce qui a mal commencé mais s’est plutôt bien terminé?

Euh, tous nos déménagements ?! Ha ha ha. Et c’est pas fini… J’espère que ça va bientôt terminer !

  • Quel est le truc le plus bizarre qu’un invité chez vous ait jamais fait?

Je n’arrive pas à me souvenir de quoi que se soit de bizarre.

  • Quel conseil de vos parents auriez-vous dû écouter?

Dans mon cas c’est plutôt : Quels conseils de mes parents je n’aurais pas dû écouter…

  • Qu’est-ce que vous avez malheureusement cassé?

J’avais une jolie tasse avec des feuilles et des oiseaux tropicaux que j’avais acheté quand nous habitions à Rondônia.  Je l’avais trouvée dans le supermarché du coin, c’était très rare de trouver des jolies choses où nous habitions. Elle me faisait sourire quand je buvais mon thé le matin. Je l’aimais bien cette tasse, mais elle s’est cassé quand nous sommes arrivés à la prochaine destination… C’est tout bête une tasse, j’en ai plein d’autres, mais je crois bien que j’en ai pleuré de celle-là!

***

Réponses tardives aux questions de la chère Dr. Caso.

 

In the same ‘hood

Hello lovely peeps!

Yes, we’ve finally moved (again). We are exhausted.

We despaired for a couple of weeks because we couldn’t find an affordable house for our family… I was starting to think that with our meager budget, we would have to rent a two-bedroom apartment. Not ideal at all for a family of five. The house market in our area is just crazy: very affordable to buy a house if you have enough savings for a down payment on a mortgage (which is not our case), but as expensive to rent as a big city like Montreal (I know, I checked)… Apparently there is a high demand for rental housing here because a lot of immigrants and students who first arrive elsewhere in Canada soon realize that winters are cold, and think that going to Canada’s southernmost city is a good idea. As a result the landlords can afford to be picky and crank up the rental prices. It creates what I think they call “a bubble” in the housing market. Ah, if I had the money, I would definitely invest in real estate and build a couple of rental properties… That’s were the money is.

Anyway, so I found a place not far from our previous house. It was the most frustrating move we had to do. We’ve had all the sweat and tears and work of moving houses, but it was not because D had a new job or because we finally bought a house… We moved because the landlord wanted to do renovations and sell the house. As a result we end up with an increase of $500 per month in rent for a house that is not that much better than the one before.

It’s a three-bedroom duplex with a basement. It’s feels like a house but we share a wall, the front porch, the backyard and the garbage bin with the side neighbors. So far so good, we’ll see how that goes.

The upside is that my recording studio is not in the basement anymore. I have my own little room with a window ! with a view ! of a park! (see picture above). Also, the kids’ playroom is in the basement now, with the ground floor in between us, so they can fight and jump as much as they want…

In the middle of all this (well, of course everything always happens at the same time), I just finished my sixth audio book  ! The best one yet ! 😉 (in post-production at the moment, it’s not out yet). It was one year ago, in May 2018, that I started with my first project as an audio book narrator, editor, producer. It takes about 6 to 8 weeks to produce an audio book, an average of 6 audio books per year. Not bad for a beginner. What I enjoyed the most about the experience so far is that I have been learning everyday about recording technicalities, and improving my skills at editing. Super interesting.

And today we’ve celebrated the twins’ ninth birthday. 9 years old! Crazy! Time flies when we’re having nervous breakdowns *cough* fun!

Alleluia !

  • Quelles sont (ou ont été) vos traditions de Pâques?

Quand j’étais petite, nous allions rarement à l’église, mais parfois la fête de Pâques était l’exception et à notre retour nous cherchions les oeufs et lapins en chocolat dans le jardin. Quand ma tante qui vivait à la campagne organisait une réunion de famille, la chasse au chocolat se faisait chez elle. Maintenant que j’ai des enfants à mon tour, j‘achète aussi des chocolats mais je les cache plutôt à l’intérieur… Quand nous étions au Brésil il y avait le danger que ça fonde au soleil en 5 minutes (il fallait garder les chocolats au frigo), et ici au Canada le jardin est encore beaucoup trop boueux.

Mais pour moi, la signification de Pâques a prit une dimension beaucoup plus religieuse. J’adore pouvoir enfin chanter des “Alleluia” à l’église après les 40 jours de cantiques et liturgie de carême. Pâques est ma fête préférée ! Et pour moi célébrer ne veux pas forcément dire de faire un gros repas, ou décorer la maison avec des fleurs et des oeufs de toutes les couleurs (bien que je n’ai rien contre tous ces trucs), en fait je préfère faire moins de trucs pour pouvoir mieux apprécier la signification de la fête : la résurrection du Christ ! 

  • Vous arrive-t-il de pousser le bouton pour appeler l’ascenseur plusieurs fois d’affilée? Et le bouton pour fermer les portes de l’ascenseur? Pensez-vous vraiment que cela serve à quelque chose?

Il n’y a pas d’ascenseur dans mon quotidien, mais j’appuie probablement les boutons plein de fois pour rigoler, comme sur les boutons pour traverser la rue. À moins que je sois accompagnée de mes enfants, là c’est eux qui se disputent pour appuyer sur le bouton en premier, ou appuyer tous les boutons pour les voir s’allumer, et moi je pert  toujours patience à vitesse grand V!

  • Quelles sont vos phobies?

J’ai problablement quelques phobies discrètes parce qu’il n’y en a aucune qui me vient en tête!

  • Quelle est la chose que vous vous estimez vraiment chanceuse d’avoir?

Un mari que j’aime et qui m’aime autant (ou peut-être plus! Non c’est moi!) et des enfants en bonne santé.

  • Est-ce que vous avez déjà volé quelque chose?

Non, jamais.

  • Qui a récemment été très sympa avec vous et pourquoi/comment?

Au Brésil il est très courant de raconter sa vie aux inconnus au marché, dans les magasins, devant l’école en attendant les enfants, etc. Compartivement les canadiens sont bien plus réservés et s’en tiennent à des banalités. Il n’est pas rare d’éviter le regard des inconnus si on ne veut pas parler. Je ne suis adepte ni à l’une ni à l’autre de ces extrèmes. Pour moi ça me fait de bien, et je trouve ça fort sympatique, de bavarder avec les parents ou les enfants qui attendent avec moi entre les leçons de natation au bord de la piscine. Pendant mon cours de “river walking”, j’aime bien bavarder avec deux nouvelles copines aussi (bien plus agées que moi, mais fort sympatiques). Et à l’église, je ne manque jamais d’aller remercier l’organiste parce que ça fait tellement du bien de pouvoir chanter avec toute la congrégation accompagnée d’un instrument (comparativement au playback de certaines églises sans budget, ou rien du tout — ni instrument ni système de son — comme ça arrivait souvent au Brésil).

***

Questions de notre Dr.Caso préférée !