Dança da solidão

  • Quel est le premier voyage dont vous vous souvenez réellement, de votre enfance?

De mes souvenirs les plus anciens, je ne suis jamais sûre si les images que j’ai dans ma mémoire sont miennes ou si se sont des souvenirs des photos (ou diapositives) que mes parents m’ont montré au fil des années. Pourtant je suis sûre que certains souvenirs d’un voyage que nous avions fait en famille sont bien les miens : mes parents s’étaient fait voler leur appareil photo en fin de séjour… Donc il n’y a aucune photo de ce voyage. Quand j’avais 5-6 ans, à l’époque où nous habitions à Hong-Kong, nous sommes allés passer des vacances aux Philippines. Je me souviens très bien d’une chambre d’hôtel près de l’aéroport de Manila où mon père devait assister à une conférence ou une réunion de travail, il faisait chaud et humide et les ventilateurs au plafond ne faisaient aucun effet. Nous avons tenté de faire une sieste comateuse. Mais je me souviens surtout du séjour dans les îles plus sauvages, où nous dormions au bord de la mer, dans des cabanes à pilotis, dans des lits entourés de toiles à moutiques. Le matin, des vendeurs ambulants passaient nous présenter de la nourriture pour le petit-déjeuner et des fruits tropicaux dans des paniers qu’ils transportaient sur leur tête. Mon père et moi (je ne sais pas si mon frère et ma mère étaient avec nous) avions loué un bateau et j’avais pêché (première et seule fois de ma vie) un poisson ange-royal (très beau, mais que je sache pas comestible). Je me souviens aussi avoir prit pour la première fois de ma vie une douche à air libre sous une pluie torentielle tropicale… Je me souviens aussi d’un soir où nous revenions d’un restaurant en marchant sur la plage. C’était la nuit noire, nous étions éclairé à la lumière de la lune, tout à coup mon frère se met à crier et on ne comprend pas ce qui se passe. Je pense qu’il y a des gens qui ont accouru (avec des lampes) et on s’est rendu compte que mon frère s’était fait attaquer par un singe qui lui a griffé la figure! (Mon frère est plus jeune que moi, il devait avoir 3 ou 4 ans).

  • Quelles chansons vous rendent nostalgique d’un moment particulier de votre vie?

Beaucoup de chansons me rappellent des moments particuliers de ma vie. J’ai déjà parlé de la musique populaire québécoise que j’ai découvert pendant mes premières années à Montréal, plus les tangos de mes années où je dansais, la musique MPB (Musica Popular do Brasil — ironiquement n’est pas la plus populaire au Brésil!) que j’écoutais quand je rêvais de vivre au Brésil (dans un Brésil imaginaire qui n’existe pas). Ces jours-ci justement j’aime écouter la douce voix de Marisa Monte.

  • Est-ce qu’il y a des aliments ou des plats que vous détestiez quand vous étiez jeunes et que vous aimez maintenant?

Non, pas vraiment.

  • Est-ce que vous croyez que plus on est âgé et plus on accumule de la sagesse (wisdom)?

Peut-être pas tout le monde, mais j’ose espérer que c’est mon cas! 🙂

  • Quel est l’un de vos plus mauvais souvenirs de vacances?

Je détestais les longs trajets en voiture en famille, avec mon frère dans la banquette arrière avec moi. J’aimais lire tranquille, mais mon frère ne préparait jamais ses occupations et voulait emprunter mon walk-man parce que le sien était cassé (!), ou étirer ses jambes en me faisant un coup dans les molets. On finissait toujours par se disputer, se tirer les cheveux et se lancer des coups de pieds. Mon père devait s’arrêter en bord de route pour gueuler sur tout le monde, c’était un gros bordel ! Et ma mère déclarait: “la prochaine fois, vous partirez sans moi !”.

  • Qu’est-ce qui vous a fait peur, cette semaine?

J’ai accompagné les garçons chez le docteur pour leur visite annuelle. Jusqu’ici tout va bien. Par contre, quand arrive le tour d’Uriel, elle voit quelque chose dans son oreille gauche. Elle pense que c’est de la cire dure, alors elle fait un lavage avec de l’eau tiède… Elle essaye de nettoyer avec son instrument, mais Uriel se met à pleurer. Ça fait mal. La doc me dit qu’elle a réussit à voir le tympan et qu’il n’y a pas d’infection, mais pour l’instant la cire a dû toucher le tympan donc il faut attendre que ça passe. Rien à faire pour l’intant. Elle me conseille d’acheter un produit en pharmacie. Le lendemain matin, je prépare les jumeaux pour aller à l’école, mais Uriel me dit qu’il a encore mal à l’oreille alors je me dépêche d’accompagner ses frères à l’arrêt d’autobus et je reviens vite, inquiète, en me demandant quoi faire. Pourtant il n’y a pas d’infection, ça ne devrait plus faire mal… Bizarre. Bref. Je regarde sur internet quel produit utiliser dans l’oreille pour nettoyer ça. Premier truc c’est du péroxide d’hydrogène, ça tombe bien j’en ai à la maison. Je lui met donc du peroxide dans l’oreille. Ça fait des petites bulles, c’est rigolo. Ensuite avec un coton-tige j’essaye doucement de nettoyer… En effet je vois un truc tout fin qui sort de là… mais c’est un petit fil de coton!?? Je continue à tirer et fini par sortir… Le bout d’un coton-tige entier!!! (tout jaune dégueulasse) J’y crois pas! Combien de temps a-t-il eu ce truc dans l’oreille sans s’en apercevoir? Des semaines? Des mois? Je frissone à penser que ça aurait pû rester là encore longtemps et créer une infection ou (pire!) perte d’ouïe !

***

Réponses aux questions hebdomadaires de Dr. Caso.

Anúncios

Roaming around

We’ve had a very uncertain spring weather so far : one day is cool and sunny (perfect), next day is grey and rainy (meh). It does not stay the same for long. It’s mid-June and I’m still not wearing my summer clothes. I’m actually wearing what I considered “winter clothes” in Brazil : short sleeve T-shits (as opposed to sleeveless shirts) and long jeans (as opposed to capris or skirts).

When the sun suddenly comes out, I have a switch in my brain that tells me that I have to go out and enjoy the weather. I can’t stay still.

On one of such days, I yelled at the men downstairs (most of the time dad and kids are now playing video games in the basement, aka the “man cave”) that I was going out, enjoy the weather, with my bike. Who wants to come with me?

Only Elias came. But that’s just as well, it’s easier to go around and be distracted when I have only one other person to worry about. And he is very pleasant to roam around with, maybe he’ll become my travel companion one day. 🙂

001005007008009010011014017018

Lectures et questionnement

Ça fait deux semaines que j’ai commencé à répondre aux questions de Dr.Caso, et voilà une autre semaine qui commence avec d’autres questions… Comment vais-je faire pour ratrapper tout ça?

  • Quels livres ont eu un impact important sur votre vie/votre vision du monde?

Pendant l’adolescence, je me questionnais beaucoup sur la foi et la place de la religion dans ma vie. J’ai grandit dans la tradition catholique (baptisée et communiée), mais mes parents ne sont pas pratiquants. Curieusement, mon cheminement a commencé avec beaucoup de livres de fiction… et continué avec des choses plus sérieuses! 😉

D’abord, La Reine Margot, d’Alexandre Dumas, a piqué ma curiosité sur les guerres de religions.

Ensuite, Au nom de Compostelle, de Maryse Rouy, m’a interrogée sur les cathares.

En fin de compte, je me suis dit que si je m’idendifiais à la religion chrétienne, au-delà de la tradition culturelle et familiale, et si je voulais savoir en quoi je croyais vraiment, il fallait simplement que je lise la source de tout ça, c’est-à-dire la Bible. Je l’ai lue en entier du début à la fin (pour de vrai, pas seulement des extraits), de l’Ancien au Nouveau Testament, de la Génèse à l’Apocalypse. D’abord en français, (aussi en espagnol, allemand et italien — quand je voyageais je m’achetais une traduction dans la langue du pays que je visitais), puis plus tard plusieurs fois en anglais (avec mon mari), puis en portugais quand nous étions au Brésil… Ça fait beaucoup de livres !

Plus tard, je peux dire que je suis réellement devenue luthérienne, par conviction, après avoir lu les cathéchismes et confessions, de Martin Luther.

  • Quand vous faites vos courses (fringues, bouffe, etc.), est-ce que vous vous fiez toujours à certaines marques, ou est-ce que vous vous en fichez?

Pour les habits, je n’aime pas acheter des marques visibles (j’enlève systématiquement les étiquettes de tous mes habits). Je n’achèterai jamais un t-shirt avec écrit Adadas ou Nicki en gros dessus par exemple (je ne vois pas pourquoi je devrais payer plus cher pour leur faire de la publicité !). Mais par contre pour les pantalons qui sont pour moi un supplice de trouver et d’essayer (j’ai une taille fine et de larges hanches), je sais maintenant quels modèles de quel magasin me vont bien et dans ce cas ça me simplifie la vie d’acheter le même truc en plus neuf quand j’en ai besoin. Mais je n’achêterai jamais un pantalon en ligne, il faut absoluement que j’essaye avant d’acheter.

Pour la bouffe, je m’en fout un peu (mais j’achète le moins de nourriture processée possible), j’achète ce qui est en promotion !

  • Qu’avez-vous cherché dans Google la dernière fois?

Le Quatuor Zahir. J’ai découvert cette pièce que j’ai trouvé super chouette et j’ai voulu en savoir plus…

  • Quels choix précis avez-vous fait à propos de l’éducation de vos enfants?

Je voulais leur enseigner le piano / rudiments de musique le plus tôt possible, mais quand ils avaient 5 et 4 ans c’était trop tôt (pour eux) et l’essai n’était pas concluant. Ils n’avaient ni de concentration ni d’intérêt pour apprendre et moi encore moins de patience. Je ne voulais pas les traumatiser à vie donc j’ai arrêté les scéances de tortures ! Maintenant qu’ils sont un peu plus vieux peut-être que ça va aller mieux ?

Quant à l’école, ils ont connu le système d’éducation au Brésil (en portugais) et maintenant le système d’éducation francophone au Canada. Un truc rigolo: maintenant j’entend parfois des drôles de sonorités franco-ontariennes quand ils parlent!

On n’a pas encore décidé quand ou comment on va les transférer vers une école anglophone (il faudra bien qu’ils apprennent aussi l’anglais). On verra.

  • Qui sont les personnes qui ont été les plus gentilles avec vous, dans votre vie?

Mes parents bien sûr, car même avec les manipulations de mon père, je n’ai jamais manqué de rien. Et puis j’ai eu des professeurs de piano et de chant formidables qui m’ont souvent donné plus d’heures de cours que je ne pouvais me permettre de payer… Et aussi tous les amis et les inconnus qui nous ont aidé dans les moments les plus difficiles. C’est dans ces moments que l’on se rend compte de la sincérité et de la bonté qu’il y a autour de nous, même si parfois on a tendance à ne voir que tous les malheurs du monde.

  • Qu’est-ce que vous rêvez de pouvoir manger tout le temps?

Je ne peux pas digérer les fritures, alors je n’aime ni chips ni frites ni rien de gras… C’est pratique. Par contre j’aaaime le chocolat (surtout le noir) (et le chocolat au lait avec des raisins et noisette), mais je suis au régime et je dois couper ces trucs que j’aime un peu trop…

  • Qu’est-ce que vous n’avez jamais fait que la plupart des gens autour de vous ont fait?

Je n’ai pas encore acheté de maison. Je rêve de m’acheter ma propre maison un jour.

Bullet Point Week

  • The aquatic “river walking” class started out very easy: walk 3 loops with the current. The instructor informed me that I would be the youngest in the group, but reassured me that he would adapt the class to my needs. I looked around me in the water and saw that there were indeed older ladies ahead of me. The class description in the booklet said “medium to high intensity”, oh really!? It does not look that way to me. What did I get myself into?
  • When I was done with the warm up, the instructor told me to walk 3 loops against the current… Ah. Ok. Now we are talking!
  • One hour of this (and variations) was painful, but oh so fun. (One more reason I love the water: I don’t want to know how much I sweat!)
  • The boys were supposed to start their new swimming session today, but the first lesson was canceled “because of technical difficulties”. Whatever that means.
  • The twins were invited to a playdate at their friends house this afternoon (twins too), but the mom called me this morning to cancel because one of the boys woke up with fever. Better telling us now, than having the whole family sick for a week. Thank you, fellow twin mama.
  • There are 3 sets of twins in the twins’ classroom. Two girls, and two sets of two boys.
  • I took advantage of some down time between two projects to rearrange my recording studio this week. I’m loving it so far. (It’s the kind of thing that I can’t be doing during a project because so many little things change the quality of recording).
  • My computer mouse died two days ago. It was a small and simple, wired black thing, but I liked it. It wouldn’t click anymore.  D says in his many years of repairing computers he’s never seen that before. So I ordered a new one (white, rechargeable, wireless). I am using a big black hamster until the cyborg arrives.
  • We’ve had a little bit of snow this week, but so far this winter has been more gray than white. Not fun.

Halloween and the aftermath

The kids were very exited for Halloween. Last year we arrived in Canada a few weeks after the festivities, so this time around we couldn’t NOT participate…

A couple of weeks before, they had all been invited to a birthday party that was Halloween themed. They had to go with costumes so I bought a superheroes kit on Amazon (capes and masks), from which they chose whatever they wanted to be for a few hours. I figured they would at least have double duties of these props!

We didn’t decorate, and I didn’t plan to give candies out, because I was planning to accompany the kids around the neighborhood. That was my plan.

On Tuesday afternoon, I felt some tingling down my throat.

Wednesday morning I was totally out of commission. Sore muscles and fatigue all over the body. No more voice. (Aaah! I can’t work! I’m freaking out!)

So the kids went out trick-or-treating around the neighborhood with their dad. Our street had very little participation (only one or two houses). The neighbor across the street was all decorated, but no one was there to give out candies on All Saints’ Eve! Weird.  But my boys walked a little further and were very happy when they came back with bags overflowing with chocolates, candies and chips. “Next year, we’ll need bigger bags!”, they informed me. They didn’t eat very healthy for the following days and there were a few tummy aches to fight.

This week-end, Elias was sick with the flu.

Monday, Elias and Uriel are both sick, not going to school.

Today Uriel is still sick and home. What a sad way to spend one’s birthday… Happy birthday, stinker. ♥

Saudades

The boys have started school again, and you know what I miss about Brazil? The uniforms.

There are a lot of things that can be said about the superior quality of education in Canada, but I miss the uniforms of a third-world country!

In Brazil all the kids wear uniforms for school, from kindergarten to secondary school, public and private schools alike. People like uniforms so much that a lot of jobs that I wasn’t used to see with uniforms, require their employees to wear one (pharmacies, supermarkets, restaurants, gyms, driver’s schools, etc.). It usually consists of comfortable shorts and T-shirt, sometimes a pair of pants and a light jacket too (optional — in states with cooler climates only), in a resistant and very washable fabric. It’s cheap, durable, and oh so practical. The boys had each two pairs of uniforms, and I simply needed to wash the dirty one while the other was being used.

GE DIGITAL CAMERA
RO 2015
GE DIGITAL CAMERA
GO 2016
GE DIGITAL CAMERA
SP 2016
GE DIGITAL CAMERA
SP 2017

The magic school bus

Our first concern when we arrived in Canada in November was to enroll the kids to school as soon as possible. While the school year in Brazil is from February to December, the following school year which is from September to June had already started here! The twins were only finishing their first year of primary school in Brazil, but they had missed the first months of their second year (Gr.2) here in Canada! And Uriel had missed his first months of primary school (Gr.1)… I was afraid that their reading skills would be behind from the rest of their peers.

Another concern was the language. They had started to read and write in Portuguese and had  adjusted rather well to the Portuguese language. I was completing their education with some French lessons at home and French is also the language we speak at home. However, they’d had little to no contact with the English language before coming here. What would happen now?

In Southern Ontario we discovered that there are four publicly funded school boards, English public, English catholic, French public and French Catholic. Free education of good quality (and free school buses!) was after all one of the main reason we came back. I’m loving it! 🙂

The choice was hard for us. On the most practical side, there is an English public school two blocks from our house. The other option was to send them to a French catholic school a little further away, but with free school bus service. Should we drop them in the English language and see what happens (we know how kids learn fast, right?), or ease the transition and look into a French school (their oral skills are obviously good, but the writing and reading in French in not as… intuitive).

We ended up deciding to send them to a French school for now. The idea is that they will hopefully learn to read and write the harder language first, be exposed to the French Canadian accent (which is not a bad thing in my opinion — they are French and Canadian after all!), then pick up English along the way (most of the kids in school speak English at home and behind the teacher’s back!).

Another fun fact: taking the yellow bus to school is a (very exciting) daily adventure! Their first thought was probably that they would step into the fantastic world of one of their favorite series. In truth, the ride that would take only 10 minutes if I would drive them directly to school takes them around 30 to 40 minutes… (not that they have anything else to do anyway, ha ha)

GE DIGITAL CAMERA
Magic school bus