Rocambolesque

Le stationnement dans notre ville est assez problématique.

Dans notre quartier par exemple, qui est un des plus “pauvres” de la ville (grande concentration de nouveaux arrivants et d’étudiants) (mais, soit dit en passant, la “pauvreté” au Canada n’est vraiment rien comparé à ce que nous avons vu au Brésil — nous sommes loin des favelas brésiliennes) (toutes les villes ont des favelas au Brésil). Je m’égare. Donc dans notre rue qui est dans le quatier le plus pauvre de notre ville, mais aussi le plus historique (j’aime bien), c’est très chiant de se garer (j’aime moins). Nous n’avons pas de driveway devant chez nous, donc il faut se garer dans la rue. Déjà ça c’est assez chiant. Mais en plus, le stationement est autorité en alternance d’un côté ou l’autre de la rue; un mois d’un côté, l’autre mois de l’autre. On gagne une jolie contravention de $35 à chaque premier du mois si on oublie de déplacer la voiture de l’autre côté de la rue avant midi. Ce système d’alternance est valide pour environs 6 mois de l’année (d’avril à octobre je crois, je suis même pas sûre, il faudra que j’aille vérifier un des panneaux un de ces jours). Un mini-stress chaque début de mois pour pas oublier de garer la voiture au bon endroit ! Heureusement que les voisins nous le rappelle parfois parce que les agents des contraventions eux sont de véritables vautours ! Je ne les vois jamais, mais ils ne ratent pas une seule opportunité pour sévir…

ET EN PLUS, pour épicer le tout, il y a une borne d’incendie JUSTE devant chez nous, donc même quand le stationnement est de notre côté de la rue, on peut pas stationner juste devant chez nous (très, très chiant pour décharger les commissions).

Samedi je me suis quand même stationnée devant la borne d’incendie, rapidos, pour décharger l’épicerie. J’ai appelé les enfants et le mari pour faire ça vite et pour que je déplace ensuite la voiture un peu plus loin.

Puis j’ai commencé à ranger la bouffe dans la cuisine et j’ai complètement oublié la voiture. Dimanche matin, j’avais immanquablement un joli bout de papier sur le pare-brise, le fameux 35 dollars à payer à la ville, souvenir de mon oubli passager.

C’est ensuivi un questionnement rocambolesque (j’aime bien ce mot) : malgrès la situation coronavirusienne, les agents de contravention ne sont visiblement pas en congés, qu’en est-il des employés des bureaux de la ville ? Comment vais-je pouvoir payer ces maudits 35$ ?

Et bien, c’est très simple, il y a un site internet pour tout mes braves gens ! Sauf qu’ils n’acceptent que les cartes de crédits visa ou mastercard, pas les cartes débit visa comme la mienne. Merde.

Bon, je checke le site de la ville pour voir si le bureau des contraventions est ouvert au public… D’habitude on peux aussi payer en personne à tous les centres sportifs de la ville, mais je sais déjà qu’ils sont encore tous fermés (je le dit et le répète : la piscine me manque) (et mon mari me le dit et me le répète : la gym lui manque). Après avoir lu le site (pas clair), puis envoyé un email, j’apprend que le bureau est fermé au public, mais je peux envoyer un chèque par la poste, ou le déposer dans la boîte au lettres du bureau. J’ai pas de chéquier (je n’en ai jamais besoin alors je ne me suis pas donné la peine d’en commander à ma banque) alors j’ai demandé à mon mari de m’en faire un de sa plus belle écriture 😉 et c’était ma mission d’aujourd’hui : aller au centre-ville à vélo payer cette contravention.

Donc malgrès l’air chaud et humide (quand la météo est dégueulasse comme ça, on a des flashbacks cauchemardesques de Rondônia, ha ha), je suis partie seule libre comme l’air moite qui colle à la peau vers le centre-ville. Moi qui croyais faire un p’tit aller-retour en une heure, finalement je…

D’abord, alors que je pédalais le long de Riverside, j’ai croisé par hasard une vieille amie/dame/connaissance du cours aquatique que je n’avais pas revue depuis des mois. On a commencé à papoter. Comme elle n’habite pas loin, elle m’a invité à monter voir son appartement. Comme je n’avais pas de rendez-vous, j’ai dit “d’accord”. On a continué à papoter en marchant côte à côte jusqu’à chez elle. Elle a vraiment une belle vue sur la rivière. On a papoté encore, puis finalement avant de repartir on a échangé nos numéros de téléphone (ça fait plus d’un an qu’on se raconte nos vies pendant les cours aquatiques, mais on ne connaissait que le prénom l’une de l’autre et des autres copines !). Et j’ai continué mon chemin.

J’ai déposé le chèque dans la boîte au lettre. Rien à signaler.

Vers le chemin du retour, je suis rentrée dans un thrift shop (magasin d’occasion) que je ne connaissais pas. Je n’ai rien trouvé de bien intéressant mais j’ai profité de leur air climatisé. Hé hé.

Puis je me suis dit que, tiens, je pouvais en profiter pour essayer de retrouver l’épicerie de produits importés où j’avais trouvé du maté argentin quand on venait d’arriver ici… J’avais essayé de retrouver l’endroit pendant l’hivers, mais comme c’est un coin de la ville que je ne connais pas bien, que j’étais en voiture, et qu’il est difficile d’y stationner, je ne l’avais pas retrouvé. Pourtant aujourd’hui à vélo, c’était facile (Le vélo c’est la santé ! Vive le vélo !). J’ai acheté mon maté et je suis rentrée à la maison, toute contente… quatre heures plus tard !

6 comentários sobre “Rocambolesque

    • Pour les chèques ça fait des années que je n’en ai pas écrit un… Et même le chéquier de mon mari est pratiquement neuf, on ne savait même pas où on l’avait gardé !

  1. La balade à vélo a finalement été chouette, semble-t-il ! C’est super d’avoir le temps de prendre le temps, se rendre compte qu’on peut bien accepter de faire un détour, parce que de toute façon, il n’y a pas d’urgence.

    Par contre, tout cela pour payer une contravention ! Ici, on reçoit un bulletin de versement qu’on peut payer à la poste, ou depuis chez soi par e-banking, c’est quand même beaucoup plus simple 😉 😉 😉

    • En temps normal c’est assez simple quand même, mais nous sommes la dernière ville de la province encore dans l’étape 2 de déconfinement, et les bureaux de la ville sont encore fermés au public.

Oi! Tudo bom?

Preencha os seus dados abaixo ou clique em um ícone para log in:

Logotipo do WordPress.com

Você está comentando utilizando sua conta WordPress.com. Sair /  Alterar )

Imagem do Twitter

Você está comentando utilizando sua conta Twitter. Sair /  Alterar )

Foto do Facebook

Você está comentando utilizando sua conta Facebook. Sair /  Alterar )

Conectando a %s